GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'ONU adopte une résolution pour assécher les finances du groupe EI

    media Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à l'unanimité une résolution visant à frapper les jihadistes de l'organisation Etat islamique au portefeuille, à New York, le 17 décembre 2015. REUTERS/Mike Segar

    Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni à New York pour voter à l'unanimité une résolution pour tenter de tarir les sources de financements du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. Signe de l'importance accordée à cette lutte, la réunion a eu lieu autour des ministres des Finances. Une première. La Turquie a été une nouvelle fois pointée du doigt par la Russie, accusée de fermer les yeux sur le transit illicite de pétrole sur son territoire.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Daech est un Etat, ont rappelé l'ensemble des ministres des Finances qui avaient fait le déplacement à New York. C'est ce qui fait sa force, mais c'est aussi son talon d'Achille. Car le groupe Etat islamique a besoin d'argent : il lui faut près de 74 millions d'euros par mois pour subvenir aux besoins des populations qui vivent sur son territoire.

    En coupant les vivres du l’organisation qui fait de la contrebande de pétrole, de l'extorsion et du trafic d'antiquités son fonds de commerce, la communauté internationale espère limiter son influence.

    Pression sur la Turquie

    Mais cela suppose la coopération de tous les pays et en particulier de la Turquie par laquelle transite le plus gros volume de pétrole. « La Turquie en tant qu'Etat doit, elle le fait déjà, mais elle doit le faire totalement et complètement, lutter contre toutes les formes de trafic qui peuvent venir de Daesh. C'est une obligation qui s'impose à la Turquie comme à d'autres pays limitrophes ou plus éloignés », a rappelé Michel Sapin, le ministre français des Finances.

    La résolution est claire. Elle demande à tous les gouvernements, mais aussi au secteur privé et bancaire de traquer les flux illicites de capitaux. Les pays ont quatre mois pour présenter leurs dispositions. Et si rien n'est fait, l'ONU se réserve la possibilité de les sanctionner avec des gels d'avoirs par exemple.

    Cette résolution était primordiale pour accroître la pression politique sur l’organisation terroriste. Son application sera cruciale pour obtenir un effet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.