GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: Amnesty dénonce de possibles crimes de guerre russes

    media Idleb, une ville du nord-ouest de la Syrie, a été la cible de bombardements, le 20 décembre 2015. REUTERS/Ammar Abdullah

    Amnesty International pointe du doigt les frappes russes en Syrie. L'organisation a étudié six attaques perpétrées par l'aviation russe entre septembre et novembre qui auraient tué 200 civils. Geneviève Garrigos, la présidente d'Amnesty International France, demande une enquête et dénonce ce qui pourrait s'apparenter à des crimes de guerre.

    Les bombardements effectués par la Russie en Syrie pourraient équivaloir à des crimes de guerre en raison du nombre de civils tués dans les frappes russes, estime mercredi 23 décembre Amnesty International.

    « Nous avons constaté à la fois que des lieux d’habitation, voire des marchés, ainsi que des mosquées, avaient été pris pour cible » explique Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International.

    La Russie a entamé le 30 septembre une campagne de bombardements aériens en Syrie, en disant vouloir aider le principal allié du Kremlin au Moyen-Orient, le président Bachar el-Assad, à battre le groupe jihadiste Etat islamique et d'autres organisations extrémistes. Selon Amnesty, dont les accusations font écho à celles de certains observateurs syriens, les bombardements aériens russes ont tué au moins 200 civils et une dizaine de djihadistes de septembre à novembre.

    Ce rapport, dont les conclusions sont tirées de l'étude de six attaques qui ont visé Homs, Idleb et Alep, s'appuie sur des témoignages et des récits de survivants, ainsi que sur des documents vidéo et des photos montrant les conséquences des attaques.

    « Dans certains cas, il y avait à proximité des objectifs militaires, explique Geneviève Garrigos. Mais dans les cas visés dans l’étude, les attaques semblaient complètement disproportionnées par rapport à l’objectif atteint et au nombre de pertes. Parmi les armes qui auraient été utilisées, il y aurait des bombes incendiaires, des bombes à sous-munitions, et surtout des missiles non guidés, c’est-à-dire qu’ils sont « non discriminants ». De ce fait, ils ne permettent pas, justement, des attaques ciblées qui épargnent la population ».

    « Au regard de ces éléments, certaines attaques pourraient être qualifiées de crimes de guerre, affirme la présidente d’ Amnesty International. C’est pourquoi nous demandons aujourd’hui de toute urgence une enquête, par rapport à l’ensemble des frappes qui ont causé des pertes civiles importantes ».

    Moscou a démenti vigoureusement à plusieurs reprises avoir atteint des civils, disant veiller soigneusement à éviter de bombarder les zones d'habitation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.