GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l’accord avec l’EI suspendu après la mort de Zahrane Allouche

    media Idleb après que la ville du nord-ouest de la Syrie a été la cible de bombardements, le 20 décembre 2015. REUTERS/Ammar Abdullah

    En Syrie, l'accord inédit qui devait permettre l'évacuation de milliers de djihadistes et de leurs familles a été suspendu. Il a été conclu entre le groupe Etat islamique, le Front al-Nosra et le gouvernement de Damas. En cause, le vendredi 25 décembre, la mort de Zahrane Allouche, chef de la puissante milice islamiste Jaich al-Islam, a stoppé les déplacements.

    Les bus qui devaient transporter les combattants et les civils ont fait demi-tour. L'accord n'est pas remis en cause, il est simplement suspendu « pour des raisons logistiques », explique une source proche des négociations.

    Le groupe Jaich al-Islam devait sécuriser le passage des véhicules à travers les régions à l'est de Damas. Mais, la mort du chef du mouvement, abattu lors d'un raid aérien des forces gouvernementales vendredi 25 décembre, a interrompu le processus.

    A lire : Syrie: le régime élimine Zahrane Allouche, chef islamiste rebelle

    1200 personnes, dont des combattants du groupe EI, devaient être transférées aujourd'hui de trois quartiers sud de Damas vers Raqqa ou Marea, détenus par les islamistes. « L'évacuation est gelée à cause de la difficulté pour sécuriser le passage », confirme le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    Pour David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l'Institut français d'analyses stratégiques, cette suspension est aussi politique : « Le repositionnement de la rébellion se pose aujourd’hui. Un successeur a été trouvé, il est plus lié aux frères musulmans qu’à la mouvance salafiste soutenue par les Saoudiens. Il faut rappeler que Zahrane Allouche était l’homme des Saoudiens sur le terrain. »

    Il s’agit du premier accord du genre : il implique le groupe EI. Plusieurs tentatives similaires ont échoué auparavant. Le régime de Bachar el-Assad a toutefois conclu des trêves ponctuelles avec des groupes rebelles : début décembre, 3000 personnes ont ainsi pu quitter un quartier assiégé de Homs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.