GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: un nouveau pas vers la levée des sanctions

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est optimiste sur une levée des sanctions contre l'Iran. Ici, à Rome, le 13 décembre 2015. REUTERS/Remo Casilli

    Les signaux positifs se multiplient pour l'Iran dans la perspective d'une levée des sanctions à partir de janvier prochain. L'Iran affirme que « tout est prêt » pour la levée des sanctions au lendemain du transfert d'une dizaine de tonnes d'uranium enrichi vers la Russie et de son côté Washington salue les efforts accomplis jusqu'à présent par Téhéran.

    Ce sont les toutes dernières étapes avant la levée des sanctions promises à l'Iran depuis l'accord conclu à Vienne le 14 juillet dernier. Ce lundi 28 décembre, une dizaine de tonnes d'uranium enrichi ont ainsi quitté le territoire iranien pour être transférées en Russie. Le transfert a été salué par Washington et par le chef de la diplomatie américaine John Kerry, qui a évoqué une « progression importante » en vue de la levée des sanctions.

    Aux yeux des responsables iraniens, il ne reste désormais que quelques détails à régler pour que toutes les conditions posées à la levée des sanctions soient remplies. Notamment, précise le porte-parole de l'organisation iranienne de l'énergie atomique, la modification du réacteur à eau lourde d'Arak afin de lui ôter toute possibilité d'usage militaire.

    Tout semble se dérouler comme prévu, mais l'Iran s'inquiète tout de même d'une récente loi votée par le Congrès américain après les attentats de Paris en novembre dernier. Une loi qui oblige les ressortissants d'une trentaine de pays à demander un visa pour se rendre aux Etats-Unis s'ils ont voyagé au préalable en Iran. Cette loi est jugée discriminatoire par Téhéran, et constitue aux yeux du gouvernement iranien, une violation de l'accord sur le nucléaire.

    C'est l'Agence internationale de l'Energie atomique qui devra décider en janvier prochain si l'Iran a répondu aux conditions posées par l'accord sur le nucléaire iranien, ouvrant ainsi la voie à une levée progressive des sanctions prises à l'encontre de Téhéran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.