GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Premier ministre irakien à Ramadi, libérée du groupe EI

    media Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi à Ramadi, le 29 décembre 2015. REUTERS/Stringer

    Vingt-quatre heures après la reprise par l’armée irakienne de la totalité du centre-ville de Ramadi aux jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), le Premier ministre Haïdar al-Abadi s'est rendu sur place mardi. Une visite symbolique pour marquer l'importance de cette reconquête.

    Haïdar al-Abadi lui-même a annoncé son déplacement à Ramadi sur son compte Twitter. Et c'est lui aussi, le chef du gouvernement, qui a pris le soin de planter le drapeau irakien au milieu de la ville reprise aux mains du groupe EI lundi.

    Venu de Bagdad en hélicoptère, le Premier ministre s'est rendu dans le principal centre administratif de Ramadi. Il y a rencontré des soldats occupés à déminer les lieux repris aux jihadistes. Les soldats, héros de cette victoire, la principale de l'armée irakienne contre l'organisation Etat islamique.

    Poches de résistance

    Et pour souligner l'importance de cette bataille aux yeux des autorités irakiennes, Haïdar al-Abadi a décrété une journée fériée dans l'ensemble du pays, jeudi.

    Mais la victoire reste fragile. Des combats ont encore lieu dans certaines parties de la ville. Des poches de résistance subsisteraient de tribus sunnites hostiles au régime de Bagdad, voire du groupe EI qui affirme être encore présent à Ramadi. Trois obus de mortiers sont d'ailleurs tombés à 500 mètres du lieu où se trouvait Haïdar al-Abadi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.