GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Bahreïn: violences après l'exécution du cheikh al-Nimr

    media Desaffrontements ont eu lieu entre lapolice et des manifestants chiites qui protestaient contre l'exécution par l'Arabie saoudite du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, à Sitra, au sud de la capitale Manama, le 3 janvier 2016 MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP

    Bahreïn est encore une fois le théâtre d'affrontements entre police et manifestants chiites. Ils venaient protester contre l’exécution par l'Arabie saoudite du cheikh Nimr Baqer al-Nimr. Des violences qui ne font que renforcer les tensions entre chiites et sunnites.

    Le schéma se répète au Bahreïn : l’exécution du cheikh chiite Nimr Baqer al-Nimr a entraîné ce dimanche 3 janvier de nouvelles violences dans plusieurs localités de la banlieue de Manama.

    Selon des témoins, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles de chevrotine sur les manifestants chiites, qui auraient lancé des cocktails Molotov.

    Les heurts les plus violents ont eu lieu à Sitra, au sud de la capitale, où 400 personnes auraient affronté la police.

    Ces manifestations auraient fait plusieurs blessés. Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur annonce des arrestations, sans en préciser le nombre, mais en soulignant qu'il s'agit en majorité des mineurs.

    Samedi, il y avait déjà eu des manifestations et des heurts avec la police. Le chef religieux Nimr Baqer al-Nimr était vénéré par la communauté chiite bahreïnie. Les manifestants brandissaient son portrait.

    Ces affrontements ne font que renforcer les tensions entre les deux communautés religieuses dans un royaume où la population est à majorité chiite et la gouvernance sunnite. Des tensions renforcées lors des soulèvements du printemps arabe en 2011, quand les chiites avaient réclamé une plus grande représentation politique pour leur communauté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.