GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: 18 personnes meurent dans une attaque suicide dans une oasis (responsables)
    • Belgique: explosion à l'Institut national de criminologie de Bruxelles, aucun blessé (parquet)
    • Yémen: au moins 60 morts à Aden dans un attentat suicide contre des recrues de l'armée (sources médicales)
    • Etats-Unis: fin de l'alerte aux coups de feu à l'aéroport de Los Angeles (police)
    Moyen-Orient

    Les Etats-Unis se désolidarisent des exécutions en Arabie saoudite

    media En octobre 2014, des manifestants chiites brandissaient des pancartes à l'effigie du cheikh al-Nimr devant l'ambassade d'Arabie saoudite à Sanaa, au Yémen. REUTERS/Khaled Abdullah/Files

    La réaction américaine à l'exécution de 47 personnes par l'Arabie saoudite, parmi lesquelles le cheikh Nimr al-Nimr, dignitaire chiite et opposant à la dynastie sunnite des Saoud, était attendue. Elle est finalement tombée dès samedi 2 janvier 2016.

    C'est à travers un bref communiqué du département d'Etat que les Etats-Unis ont réagi à l'exécution du cheikh Nimr al-Nimr, l'une des voix de l'opposition chiite en Arabie saoudite. Washington exprime plus largement sa préoccupation sur la conduite des procédures judiciaires.

    « Nous avons maintes fois fait connaître au plus haut niveau des autorités saoudiennes nos inquiétudes, et appelons à nouveau le gouvernement à respecter les droits de l'homme et à garantir des procès honnêtes », écrit John Kirby.

    Le porte-parole du département d'Etat appelle les autorités saoudiennes à permettre « l'expression d'opinions dissidentes pacifiques ». John Kirby demande à « toutes les communautés de travailler ensemble pour apaiser les tensions sectaires, qui risquent d'être exacerbées par la mort du leader chiite ».

    Répercussions attendues dans la région et sur le plan diplomatique

    Pour les diplomates occidentaux basés à Riyad, cette exécution intervient au plus mauvais moment, décrypte notre correspondante en Arabie saoudite, Clarence Rodriguez. L’Arabie saoudite est engluée dans deux conflits au Yémen et en Syrie. De son côté, Daech appelle la population saoudienne à se soulever contre son gouvernement.

    Il ne faut pas oublier non plus le plan d’austérité mis en place en début de semaine dans le royaume. Alors, fallait-il exécuter le cheikh Nimr al-Nimr dans un tel contexte ? Les conséquences peuvent être désastreuses en Arabie saoudite, mais aussi dans toute la région, où les tensions confessionnelles entre chiites et sunnites sont déjà à leur comble.

    Ces exécutions arrivent au moment où Washington et Moscou semblaient avoir trouvé un compromis pour travailler ensemble sur la guerre en Syrie, l'un des nombreux dossiers sur lesquels Riyad et Téhéran ont des positions divergentes. De telles décapitations risquent donc d'anéantir ces efforts diplomatiques, analyse notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.