GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Aujourd'hui
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Antisémitisme en France: le président Macron annonce qu'il se rendra ce mardi après-midi au Mémorial de la Shoah
    • Alsace: «environ 80 sépultures» d'un cimetière juif ont été profanées à Quatzenheim (préfecture)
    • Accusations d'antisémitisme: Varsovie déclare attendre des excuses d'Israël (hauts responsables polonais)
    • Pénalisation de l'antisionisme: l'arsenal législatif actuel «tout à fait au point», indique Richard Ferrand sur BFMTV et RMC
    • Attentat au Cachemire indien: le Pakistan se déclare prêt au dialogue mais ripostera s'il est attaqué (Premier ministre)
    • Automobile: le constructeur Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021
    • Télécommunications: «Le monde ne peut pas se passer» de Huawei, selon son fondateur Ren Zhengfei dans un entretien à la BBC
    • Antisémitisme: «geste symbolique» de Larcher et Ferrand au Mémorial de la Shoah ce mardi (communiqué)
    • Le cyclone Oma s'éloigne de la Nouvelle-Calédonie, des dégâts mineurs à déplorer
    • Finances: Bruno Le Maire se déclare «totalement opposé» à la suppression des niches fiscales (RTL)
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: le blogueur Raif Sadawi est en sursis

    media Affiche de soutien d'Amnesty International à Raif Badawi. Amnesty international France

    il y a un an jour pour jour, le vendredi 9 janvier 2015, Raif Badawi, prix Sakharov 2015, et condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de flagellation, le jeune blogueur saoudien recevait 50 coups de fouet en public. On s’en souvient ce geste barbare avait suscité l’émoi dans le monde entier. Depuis, les séances de flagellation ont été interrompues mais elles peuvent reprendre à tout moment.

    Un an après la séance de flagellation, Raif Badawi est toujours en prison. Il est en sursis. Selon Ensaf Haidar, son épouse, la santé de son mari est fragile, il observerait une grève de la faim, rappelle notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez.

    Il y a deux mois, il a été transféré dans une autre prison près de Jeddah dont les autorités ne tiennent pas à divulguer précisément la localisation. De son côté, Amnesty international et Reporters sans frontières, très impliqués sur ce dossier, ont lancé une campagne aussi bien pour le jeune blogueur que pour son avocat Waleed Abu al-Khair lui aussi emprisonné. Selon les ONG, la situation des droits de l’Homme s’est considérablement détériorée ces douze derniers mois dans le royaume.

    151 exécutions capitales en 2015

    Il faut en effet savoir que de nombreux défenseurs des droits humains sont condamnés et croupissent dans les prisons saoudiennes au titre de la loi antiterroriste promulguée en février 2014. Parmi eux le jeune Ali al Nimr 21 ans condamné à mort pour sédition. Il est le neveu du cheikh chiite exécuté la semaine dernière. Faut-il rappeler que l’Arabie Saoudite a battu un triste record : 151 exécutions en 2015.

    Malgré la pression internationale et les interventions de différents chefs d’Etat. Les autorités saoudiennes restent inflexibles. Elles ont fait savoir qu’elles n’acceptent aucune ingérence dans les affaires du royaume.

    Amnesty reste mobilisée

    « Aujourd’hui nous continuons la mobilisation car la situation des défenseurs des droits humains en Arabie Saoudite est très précaire et il est indispensable justement, d’envoyer un signal fort aujourd’hui à l’Arabie Saoudite, pour permettre de libérer les personnes et d’arrêter le harcèlement dont elles sont victimes », explique à RFI Geneviève Garrigos, président d'Amnesty France.

    La situation de Raif Badawi reste préoccupante même si « compte tenu de son état de santé mais surtout compte tenu aussi de la mobilisation internationale, les flagellations qui devaient être hebdomadaires, tous les vendredis justement après la prière, ont été suspendues. Pour nous sa situation reste extrêmement précaire puisque sa sentence n’a pas été suspendue, il n’a pas été gracié et il n’y a pas eu de nouveau procès et donc à tout moment les flagellations peuvent reprendre les vendredis ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.