GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 24 Janvier
Mercredi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: le nombre de morts sur les routes est en légère hausse de 0,2% en 2016 (ministre)
    • Primes en liquide: Claude Guéant a été condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme (cour d'appel de Paris)
    • Une centaine de vols annulés ce lundi à l'aéroport londonien d'Heathrow en raison d'un brouillard dense et épais
    • Les rebelles syriens indiquent qu'ils «continueront le combat» si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
    • Martine Aubry et ses proches voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire à gauche (communiqué)
    • François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, ce lundi à Berlin, pour «renforcer la relation franco-allemande»
    Moyen-Orient

    Iran: le vice-gouverneur de Téhéran limogé

    media Des manifestants en colère contre l'exécution par Riyad du dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr ont lancé des cocktails Molotov contre l'ambassade d'Arabie à Téhéran, incendiant une partie du bâtiment, le 2 janvier 2016.. AFP PHOTO / ATTA KENARE

    Le gouvernement iranien a limogé le vice-gouverneur de Téhéran Safar-Ali Baratlou pour défaillance lors de l'attaque de manifestants contre l'ambassade de l'Arabie saoudite, une manière de montrer que le gouvernement est déterminé à punir les responsables.
     

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    La décision de limoger le vice-gouverneur de Téhéran chargé de la sécurité est une mesure plutôt rare. Mais le gouvernement iranien veut ainsi montrer son opposition à de tels actes, comme l'a répété le président Hassan Rohani, mais aussi de nombreux responsables iraniens de tous bords.

    L'attaque contre la mission diplomatique saoudienne début janvier par de jeunes manifestants qui voulaient protester contre l'exécution du dignitaire religieux chiite par l'Arabite saoudite a provoqué une vive crise entre les deux pays. Riyad a rompu ses relations avec Téhéran, une décision qui a été suivie par des pays comme Bahreïn, le Soudan, Djibouti ou encore la Somalie.

    Même si l'Arabie saoudite n'a pas vraiment réussi à convaincre les grands pays arabes de la région à adopter des mesures similaires contre l'Iran, le gouvernement iranien veut démontrer qu'il ne tolère plus de telles actions. Plus de quarante personnes ont été arrêtées jusque-là.

    Malgré ces mesures, la tension est toujours vive. Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javas Zarif a demandé à l'Arabie saoudite de cesser ses actions hostiles contre l'Iran. Il a également accusé l'Arabie saoudite de soutenir les groupes exrémistes et d'encourager la haine confessionnelle et l'affrontement dans toute la région .

    REUTERS/TIMA/Mehdi Ghasemi/ISNA

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.