GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, arrêté à Tokyo sur des soupçons de malversations (NHK)
    • Meurtre de Khashoggi: Berlin veut des sanctions contre 18 citoyens saoudiens (ministre des Affaires étrangères)
    • UE: feu vert des ministres des Vingt-Sept au projet d'accord sur le Brexit (ministre autrichien)
    • La firme Nissan confirme que Carlos Ghosn a dissimulé des revenus au fisc et va proposer son départ
    • Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français: «Il faut se désintoxiquer du tout pétrole» (BFMTV)
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    Moyen-Orient

    Syrie: malgré l'aide humanitaire, situation toujours critique à Madaya

    media Les convois humanitaires dans la ville de Madaya le 12 janvier 2016. handout / AFP

    Des souffrances « sans comparaison » avec ce qui a été observé ailleurs en Syrie. C'est ainsi qu'un émissaire de l'ONU décrit la situation à Madaya, après s'être rendu dans cette localité de 40 000 habitants proche de Damas assiégée par l'armée syrienne. Des négociations sont en cours pour évacuer 400 personnes de la ville, ou de la nourriture, des médicaments et des couvertures ont malgré tout pu être distribués.

    « Ce que nous avons vu est assez horrible. J'ai vu des enfants, mais aussi des adultes très faibles et mal nourris ». C'est en ces termes qu'un responsable du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés décrit la situation des habitants de Madaya. Ce lundi, pour la première fois depuis le mois d'octobre, de l'aide humanitaire a pu être distribuée à la population, dont une partie est « en grand danger de mort », selon le chef des opérations humanitaire de l'ONU Stephen O'Brien.

    « Nos équipes ont vu [ce lundi] des gens qui étaient dans des états très difficiles, assure Dibeh Sakher, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour le Moyen-Orient contactée par RFI. Une petite fille est venue voir un de mes collègues en lui disant : "vous pouvez me confirmer que vous avez ramené de la nourriture ? Parce que j'ai faim." Déjà en octobre 2015, on a vu que les gens avaient des besoins en termes de nourriture. Il ne faut surtout pas oublier aujourd'hui qu'il y a environ un demi-million de personnes en Syrie qui vivent dans des zones assiégées, et on parle d'environ 4,5 millions de civils qui sont soit dans des zones assiégées, soit dans des zones difficiles d'accès. »

    Aide insuffisante

    Joint par RFI, un responsable de la rébellion syrienne dans la région explique que le convoi de 44 camions représente au final assez peu de nourriture, de médicaments et de couvertures à distribuer, en comparaison avec le nombre d'habitants qui en ont cruellement besoin. Ce militant réfute par ailleurs les accusations selon lesquelles des rebelles auraient détourné une partie de cette aide humanitaire.

    L'ONU estime que 400 personnes devraient être évacuées « immédiatement » de Madaya. Des négociations sont en cours avec toutes les parties en conflit pour tenter de monter cette opération. Reste à déterminer si l'évacuation se fera par la route ou par les airs. L'ONU parle d'un processus « très compliqué » qui nécessite d'obtenir des assurances de la part du gouvernement de Damas comme de la part des groupes armés présents dans le secteur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.