GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: libération contestée d'un ancien ministre accusé de terrorisme

    media L'ancien ministre et député libanais Michel Samaha, accusé d'avoir préparé des attentats, a été libéré sous caution le 14 janvier 2016. REUTERS/Mohamed Azakir

    L'ancien ministre et député libanais Michel Samaha, accusé de préparer des attentats au Liban pour le compte des autorités syriennes, a été libéré après trois ans et demi de prison. Sa relaxe par le tribunal militaire a soulevé une tempête de protestations dans les milieux de la coalition anti-syrienne du 14 mars.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    Des jeunes du Mouvement du 14 mars ont observé vendredi 15 janvier un sit-in de protestation non loin du domicile de Michel Samaha, à Beyrouth. Dans la plus grande prison du Liban, les détenus islamistes ont entamé une grève de la faim pour protester contre la libération de l'ancien ministre.

    Dès jeudi soir, des partisans en colère de l'ancien Premier ministre Saad Hariri ont bloqué de nombreuses artères dans la capitale libanaise à l'aide de pneus enflammés. Des personnalités politiques anti-syriennes, y compris le ministre de la Justice Achraf Rifi, ont critiqué avec véhémence la décision de la cour. D'autres ont exigé la suppression pure et simple de la justice militaire.

    Dans un commentaire laconique, le président du tribunal, qui est un général de l'armée, a rejeté toutes ces accusations, affirmant que sa décision répondait uniquement à des critères juridiques.

    Transport d'explosifs

    Michel Samaha avait été arrêté en août 2012 en flagrant délit de transport d'explosifs pour le compte du chef des services de sécurité syriens, le général Ali Mamlouk. Les bombes étaient destinées à être utilisées dans des attentats contre des opposants syriens et des personnalités libanaises anti-syriennes.

    Condamné une première fois pour transport d'explosifs, l'ancien ministre a purgé sa peine. Il a été libéré sous caution financière de 100 000 dollars, et interdiction de voyager pendant un an. Son procès se poursuit en cassation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.