GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: la levée des sanctions attendue ce samedi

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (g) à Vienne, ce samedi 16 janvier 2016. REUTERS/Kevin Lamarque

    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif se retrouvent à Vienne. Les deux hommes doivent finaliser ce samedi l'accord sur le nucléaire iranien. Le texte prévoit une levée des sanctions internationales qui frappent Téhéran.

    Avant de s’entretenir avec John Kerry, Mohammad Javad Zarif a retrouvé à Vienne Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne. C’est elle qui avait présidé les négociations qui ont abouti à la signature de l’accord historique entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire controversé en juillet. Il doit aussi rencontrer le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    Le rapport de Yukiya Amano est très attendu. Il doit dire si Téhéran a bien rempli ses engagements, s’il a bien réduit, comme convenu, le nombre de ses centrifugeuses permettant d’enrichir l’uranium et s’il a bien envoyé à l’étranger la quasi-totalité de son stock d’uranium faiblement enrichi. Selon des sources diplomatiques, le rapport doit prendre acte du fait que Téhéran a joué le jeu.

    Une fois ce document dévoilé, plus rien ne devrait s’opposer à la mise en œuvre de l’accord, et donc à la levée progressive des sanctions qui visent l’Iran depuis 13 ans. A son arrivée à Vienne, Mohammad Javad Zarif affichait un large sourire : « c’est un bon jour pour l’Iran, mais aussi pour la région. C'est aussi un bon jour pour le monde car cela montre qu'on peut régler de grands problèmes par la diplomatie et non par la pression et les menaces », s’est réjoui le ministre iranien des Affaires étrangères devant les journalistes.


    Libération du journaliste du Washington Post Jason Rezaian

    Alors que se déroule à Vienne un nouveau ballet diplomatique pour la levée des sanctions internationales contre Téhéran, les médias officiels iraniens annoncent la libération de quatre Iraniens bi-nationaux. Parmi eux, le journaliste irano-américain du Washington Post Jason Rezaian. Il était en poste depuis deux ans au moment de son arrestation en juillet 2014. Accusé d'« espionnage » et de « collaboration avec des gouvernements hostiles », il a été condamné fin 2015 à une peine de prison dont la durée n'a jamais été annoncée publiquement.

    Le pasteur irano-américain Saïd Abdeini, arrêté en 2012, et l'ex-marine Amir Hekmati, détenu depuis 2011 figurent également parmi les prisonniers libérés. Le quatrième détenu irano-américain libéré est Nosratollah Kosravi, selon la télévision d'Etat et l'agence Mizan. En échange de ces libérations, sept prisonniers iraniens détenus dans les prisons américaines seront libérés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.