GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Février
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Aujourd'hui
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'ONU exige la fin de la tactique «barbare» du siège des villes

    media Les convois humanitaires dans la ville syrienne de Madaya, assiégée depuis six mois, le 12 janvier 2016. handout / AFP

    Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence à la demande de la France, des Etats-Unis et le Royaume-Uni pour demander la levée immédiate des sièges en Syrie et dénoncer des «pratiques barbares». Selon des estimations de l'organisation, 400 000 syriens sont actuellement pris en étau entre les forces de Daech, les forces loyales au président Bachar el-Assad et les rebelles. Mais c'est en tout 4,5 millions de personnes qui vivent dans des conditions très difficiles. Avec cette réunion publique, le Conseil de sécurité espère mettre la pression sur les différentes parties du conflit pour faciliter les accès humanitaires.

    Avec notre correspondante à New-York, Marie Bourreau

    Tour à tour, les 15 ambassadeurs du Conseil de sécurité des Nations unies ont pris la parole et rivalisé d'adjectifs pour dire toute leur horreur devant les images diffusées des corps décharnés. « Il y a des personnes dans Madaya mais pas de vie » a ainsi résumé le représentant adjoint du Royaume-Uni.

    Mais les mots révoltés du Conseil de sécurité tardent à se concrétiser en action sur le terrain, malgré plusieurs résolutions exigeant un accès humanitaire sans entrave et qui sont restées lettre morte. L'ONU pointe d'ailleurs la responsabilité du régime syrien, sur 91 demandes de convois humanitaires adressées, seulement 13 ont pu acheminer de l'aide.

    Cette aide humanitaire en Syrie prend une tournure très politique à moins de dix jours des négociations de paix qui doivent rassembler gouvernement syrien et membres de l'opposition, chaque camp y voyant l'occasion de maximaliser leur position juste avant les pourparlers.

    « L'accès des secours ne saurait être une faveur du régime syrien » a prévenu l'ambassadeur français à l'ONU, qui a rappelé que cela constituait une obligation absolue du droit international.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.