GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Aujourd'hui
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au moins 20 personnes ont été tuées ce vendredi 26 mai en Egypte dans l'attaque par des hommes armés d'un bus transportant des chrétiens, ont indiqué des responsables et la télévision d'Etat. Cette attaque, qui a eu lieu dans la province de Minya, au sud du Caire, intervient un mois et demi après des attentats contre deux églises coptes, qui avaient fait 45 morts et avaient été revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique.

    Moyen-Orient

    Liban: deux statuettes, jugées satanistes, vouées à la destruction

    media L'artiste libanais Michel Éléftériadès (ici en 2006). OUSAMA AYOUB / AFP

    Au Liban, un juge envisage de faire détruire deux statuettes sous prétexte qu'elles constituent des symboles sataniques. Cette affaire a provoqué un profond malaise chez de nombreux artistes, qui y voient une atteinte à la culture, un des piliers de la liberté d'expression.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    Michel Éléftériadès, artiste et homme d'affaires haut en couleurs, a été convoqué au commissariat pour être entendu dans le cadre d'une enquête sur une prétendue secte d'adorateurs du diable. Des objets qu'il a sculptés, ont été interprétés comme des symboles sataniques.

    Une pièce interpelle particulièrement l'officier de police : un porc en forme de tirelire, juché sur un tas de crânes humains. Pendant des heures, l'auteur-compositeur a expliqué à l'agent la signification de son œuvre : le capitalisme, qui assujettit les hommes, provoque des guerres entre les peuples et conduit à leur perte.

    Pretexte

    L'affaire aurait pu rester un banal fait divers si une partie des œuvres de l'artiste n'avait pas été placée sous contrôle judiciaire et si un magistrat n'avait pas décidé de détruire deux statuettes, considérées comme offensantes pour les croyances religieuses.

    Michel Éléftériadès un artiste controversé aux talents multiples, crie au complot. Selon lui, le « culte du diable » n'est qu'un prétexte utilisé par ses détracteurs pour l'intimider, l'effrayer, le faire taire. Il accuse le parti chrétien des Forces libanaises, qu'il critique avec virulence, d'être à l'origine de cette affaire. Ce que la formation anti-syrienne dément catégoriquement.

    A ECOUTER
    Retrouvez cet article en version audio 17/01/2016 - par Paul Khalifeh Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.