GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 25 Septembre
Mardi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Edouard Elvis Bvouma (Cameroun) est le lauréat du Prix Théâtre RFI 2017 pour «La poupée barbue». Il sera remis ce 24 septembre aux Francophonies en Limousin. Le jury présidé par l’écrivain Dany Laferrière a salué un texte qui «allume une étincelle de sensibilité et de fraternité».

    Moyen-Orient

    Téhéran va récupérer 32 milliards de dollars d'avoirs bloqués

    media Le président iranien Hassan Rohani à Téhéran le 17 janvier 2016. REUTERS/President.ir/Handout

    Trois jours après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire et la fin des sanctions internationales, l'Iran retourne peu à peu au sein de l'économie mondiale et récupère ses avoirs, qui avaient été bloqués ces dernières années dans des banques étrangères à cause des sanctions internationales en raison du programme nucléaire de la République islamique.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    L'annonce a été faite par le président de la Banque centrale iranienne : Téhéran va récupérer 32 milliards de dollars de ses avoirs bloqués à l'étranger avec la fin des sanctions. Ces avoirs seront gardés dans des banques étrangères et seront utilisés pour acheter des biens et des équipements dont l'Iran a besoin.

    Le chiffre annoncé est inférieur au montant de 100 milliards de dollars qui était évoqué jusque-là. Les autorités ont également annoncé le retour de l'Iran au sein du système bancaire international SWIFT et l'ouverture de 1 000 lettres de crédit par des banques étrangères, qui permettent à l'Iran de renouer avec l'économie mondiale et le système bancaire international.

    Mais le président Rohani a de nouveau insisté sur le fait que l'Iran avait besoin de 50 milliards d'investissements étrangers pour atteindre une croissance de 8 % afin de régler le problème du chômage et de la récession. La chute du prix du pétrole, englué à moins de 30 dollars, handicape en effet le gouvernement qui a besoin d'argent pour relancer l'économie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.