GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: un an de fortes tensions avec l'Iran et ses alliés

    media Le roi Salman d'Arabie saoudite, photographié en compagnie de quelques-uns des plus éminents membres de la dynastie du pays, à Riyad le 23 décembre dernier. REUTERS/Bandar al-Jaloud/Saudi Royal Court/Handout

    Il y a un an, le 23 janvier 2015, le roi Abdallah d'Arabie saoudite décédait. Immédiatement, c'est son frère Salman, 80 ans, qui lui succédait. Depuis, le royaume a durci sa politique vis-à-vis de son grand rival l'Iran et de ses alliés dans la région.

    Dès son arrivée au pouvoir, le roi Salman nomme sa garde rapprochée. Mohammed Ben Nayef, prince héritier et ministre de l'Intérieur, et Mohammed Ben Salman, jeune ministre de la Défense également en charge des questions économiques. Très vite, le trio réaffirme la priorité du royaume : lutter contre l'Iran, accusé par Riyad de vouloir étendre son influence dans une région en crise. En mars dernier, l'Arabie saoudite prend ainsi la tête d'une coalition militaire arabe qui frappe les rebelles chiites du Yémen. Depuis, le conflit a fait plus de 6 000 morts et les tentatives de négociations sont au point mort.

    Yémen, Syrie, Irak, Liban, partout l'Arabie saoudite du Roi Salman s'oppose à Téhéran et à ses alliés, sur fond de clivage entre musulmans chiites et sunnites devenu ultra-sensible, comme l'a révélé la brusque montée de tension entre Riyad et Téhéran, ces dernières semaines, après l'exécution par l'Arabie saoudite d'un dignitaire chiite. Le royaume se dit aussi en guerre contre le groupe Etat islamique et al-Qaïda, annonçant la création d'une « coalition antiterroriste » de 34 pays musulmans.

    En parallèle, le pays mène une bataille économique en maintenant les prix du pétrole au plus bas afin de lutter contre les concurrences américaine et iranienne. Cette stratégie coûte très cher à l'Arabie saoudite qui, sous le règne du roi Salman, adopte un budget en déficit et des mesures d'austérité qui semblent annoncer la fin de l'Etat providence dans cette monarchie pétrolière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.