GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Mahmoud Abbas veut poursuivre la coopération sécuritaire avec Israël

    media Le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le 6 janvier 2016 à Bethlehem. REUTERS/Ammar Awad

    Mahmoud Abbas a annoncé samedi soir que la coordination sécuritaire avec Israël allait se poursuivre. Le président de l'Autorité palestinienne avait pourtant menacé ces derniers mois de mettre fin à la coopération entre les policiers palestiniens et l'armée israélienne en Cisjordanie. Mahmoud Abbas a redit ce samedi s'opposer à toute violence.

    Avec notre correspondant à Ramallah,  Nicolas Ropert

    En conférence de presse, Mahmoud Abbas l'a assuré : la coordination sécuritaire avec Israël va se poursuivre. Le président de l'Autorité palestinienne a réaffirmé son opposition à la violence alors que depuis début octobre les attaques menées par des Palestiniens sont quasi quotidiennes.

    « Quiconque veut agir contre la sécurité en utilisant des explosifs, des armes ou en créant une cellule terroriste sera arrêté. Peu importe où il comptait aller. Les mesures de sécurité sont prises selon mes ordres. C'est très clair », a martelé Mahmoud Abbas.

    L'arrêt de cette coopération entre les forces israéliennes et palestiniennes avait pourtant été voté par le comité central de l'OLP, l'Organisation de libération de la Palestine.

    Mais pour Majed Bamya, diplomate au sein du ministère palestinien des Affaires étrangères, la poursuite de la coordination sécuritaire est le seul moyen d'éviter un bain de sang.

    Il en appelle à la communauté internationale : « Si demain nos forces de sécurité à nous commençaient à faire leur travail qui est d’assurer la sécurité des Palestiniens, quelle serait la réaction internationale si on se retrouve à tirer sur les forces d’occupation, sur les colons israéliens qui viennent attaquer notre population ? Ça ne serait pas une très bonne réaction. Donc, que le monde offre une alternative. »

    Selon le chef des services secrets palestiniens, depuis le début du mois d'octobre, la police palestinienne a empêché près de 200 attaques de Palestiniens contre des cibles israéliennes. Une trahison, a réagi le parti islamiste palestinien du Hamas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.