GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: les pourparlers de paix de Genève reportés à vendredi

    media Le report est dû à «un blocage» sur la composition des délégations, a expliqué Staffan de Mistura, l'émissaire spécial des Nations unies pour la Syrie, lors d'une conférence de presse. REUTERS/Denis Balibouse

    Les négociations inter-syriennes devaient démarrer ce lundi, elles sont au moins repoussées à vendredi. C’est l'envoyé spécial des Nations unies Staffan de Mistura qui l’a annoncé. Il n’y a pas de liste des participants à ce stade, les invitations ne seront envoyées que mardi, et c'est l'un des points de blocages qui retardent le lancement de ces discussions : qui va représenter l'opposition syrienne ?

    Ce mardi, l'ONU lancera officiellement les invitations pour ces négociations inter-syriennes. Dans la foulée, le principal groupe d'opposition se réunira en Arabie saoudite pour donner sa réponse.

    Une opposition qui fulmine depuis plusieurs jours car sa représentativité est contestée par la Russie, alliée du régime de Bachar el-Assad et parce qu'il n'y a aucune perspective de cessez-le-feu en préalable aux négociations.

    Plusieurs sources au sein de cette opposition syrienne ont même fait état de pressions occidentales, notamment américaines, l'incitant fortement à se rendre à Genève malgré l'absence de garanties humanitaires et politiques.

    De son côté, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, appelle à des discussions « sans préconditions » à partir de vendredi à Genève. Des discussions indirectes entre le régime de Damas et les représentants de l'opposition. Elles pourraient durer six mois avec pour objectifs une transition politique, une nouvelle Constitution et des élections d'ici dix-huit mois.

    Reste les obstacles : le chaos syrien sur le terrain et la question du sort de Bachar el-Assad qui jusqu'à présent a fait échouer toutes les tentatives de négociations de paix.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.