GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Rohani à Paris: l'Iran sort de l'isolement malgré des divergences

    media Hassan Rohani et François Hollande, lors d'une conférence de presse conjointe à la fin de la visite du président iranien à Paris, le 28 janvier 2016. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

    Le président iranien Hassan Rohani était en visite en France ce jeudi 28 janvier. Si la République islamique sort de son isolement économique et politique, les divergences demeurent sur les dossiers régionaux.

    François Hollande et Hassan Rohani ont ouvert ce jeudi à l'Elysée un « nouveau chapitre » des relations franco-iraniennes, un rapprochement assorti de la signature de contrats économiques comprenant notamment la vente de 118 avions Airbus. L'entretien de plus de deux heures à l'Elysée, suivi d'une conférence de presse commune, a constitué le moment fort de la visite à fort caractère économique du président iranien à Paris, rapporte notre envoyé spécial à l'Elysée, Toufik Benaichouche. Une première depuis 17 ans. Entente également sur le plan politique et diplomatique mais pas sur tous les points.

    François Hollande a tout d'abord rappelé qu'en 2012 la tension était telle entre l'Iran et la communauté internationale que l'on songeait à la guerre contre Téhéran. Finalement, c'est le dialogue qui a prévalu et en faisant des efforts de part et d'autre, un accord sur la question du nucléaire iranien a pu être signé et une guerre évitée.

    Rôle de l'Iran au Moyen-Orient

    Concernant les problèmes qui secouent aujourd'hui le Moyen-Orient, le président français estime que l'Iran a un rôle majeur à jouer. « Si nous mettons la même force, la même énergie, la même détermination pour régler d'autres questions qui paraissent aujourd'hui très difficiles, la Syrie, la lutte contre le terrorisme, nous pouvons arriver à des résultats », assure François Hollande.

    Pour la lutte contre Daech, pas de problème. Le président iranien expliquait que Daech était une grenade dégoupillée et que ceux qui l'avaient créé et soutenu l'ont placé entre les mains de l'humanité. L'Iran d'ailleurs fait le coup de feu contre les partisans de l'organisation Etat islamique en Irak et en Syrie.

    Divergences diplomatiques

    Au sujet de la Syrie en revanche, Paris exige toujours le départ de Bachar el-Assad, ce qui n'est pas le cas pour Téhéran. « Il est urgent de négocier une transition politique », a déclaré François Hollande aux côtés d'Hassan Rohani après leur entretien à l'Elysée. « C'est le peuple syrien qui doit décider », a répondu le président iranien.

    Un échange qui démontre une fois de plus que le sort de Bachar el-Assad constitue un obstacle immense à tout règlement de la crise syrienne. Paris se tient dans le camp des pays qui considèrent que l'actuel dirigeant syrien doit partir. Alors que l'Iran soutient fermement Bachar el-Assad.

    Divergences également sur l'Arabie saoudite que l'Iran tient pour responsable de la création de Daech, alors que Paris entretient d'excellentes relations avec Riyad. Mais promis juré, François Hollande et Hassan Rohani croient aux vertus du dialogue.

    Apaisement

    Face aux enjeux mondiaux, les présidents français et iranien ont toutefois souligné que la coopération était possible entre leurs deux pays, notamment pour la lutte contre le terrorisme. « Nous devons être actifs contre le fanatisme en échangeant des renseignements », a ainsi proposé Hassan Rohani.

    Concernant la récente rupture des relations diplomatiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite François Hollande a plaidé la désescalade, à l'occasion de la visite du président Rohani. Mais entre Téhéran et Riyad, il reste « des divergences », a reconnu François Hollande.

    → Lire aussi : Iran-Arabie saoudite: l’heure de l’affrontement ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.