GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: à peine arrivée à Genève, l’opposition menace de se retirer

    media Salim al-Muslet, membre de la délégation de l'opposition syrienne, à son arrivée à Genève, samedi 30 janvier 2016. AFP / FABRICE COFFRINI

    Une délégation de l'opposition syrienne est arrivée ce samedi soir à Genève pour des pourparlers sous l’égide de l’ONU afin de mettre un terme à la guerre en Syrie. Mais à peine arrivée, l'opposition syrienne a menacé de se retirer.

    Avec notre envoyé spécial à Genève,  Nicolas Falez

    Pour l'opposition, il ne peut y avoir de négociations sans une amélioration sur le terrain. C'est pour cette raison d'ailleurs que la délégation refusait ces derniers jours de faire le voyage de Genève, estimant qu'elle ne pouvait entamer des discussions avec le régime alors que les bombardements russes se poursuivent et qu'une quinzaine de villes rebelles sont assiégées.

    Il y aurait entre 1,5 et 2 millions d'habitants pris au piège dans des villes assiégées en Syrie...
    Sam Taylor, porte-parole de Médecins sans frontières 31/01/2016 - par RFI Écouter

    Poussée par les pays qui la soutiennent, l'opposition a finalement dépêché ses négociateurs. A son arrivée à Genève, l'un d'entre eux, Salim al-Muslet, a lancé un appel à la communauté internationale : « Aidez-nous à sauver les enfants syriens, les derniers enfants syriens », a-t-il dit.

    « Nous voulons la fin du groupe Etat islamique, du terrorisme en Syrie. Nous voulons mettre fin aux actes commis par cette dictature. Nous voulons une nouvelle Syrie », ajoute Salim al-Muslet.

    Notre peuple, nos enfants meurent à cause des bombardements russes, ou parce qu'on les fait mourir de faim...
    Salim al-Muslet, membre de la délégation de l'opposition syrienne 31/01/2016 - par Nicolas Falez Écouter

    Pour l'opposition, la fin des bombardements et la levée des sièges ne constituent pas un point à négocier, mais bien une demande du Conseil de sécurité de l'ONU. Car la résolution 2254 adoptée en décembre dernier appelle à des négociations, mais demande aussi l'arrêt des attaques contre les civils et l'accès aux populations assiégées.

    Ce dimanche, la délégation de l'opposition syrienne va rencontrer l'émissaire spécial de l'ONU, Staffan de Mistura, probablement en fin d'après-midi. Et ce alors qu'aucune information en provenance de Syrie ne semble annoncer la moindre pause dans les violences.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.