GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Caraïbes: l'ouragan Matthew passe en catégorie 5 (service météo)
    Moyen-Orient

    Syrie: l'ONU annonce le début officiel des pourparlers de paix à Genève

    media «Nous commençons officiellement les discussions de Genève», a répété à plusieurs reprises, en anglais et en français, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, à Genève, le 1er février 2016. REUTERS/Denis Balibouse

    « Les pourparlers de Genève sur la Syrie commencent officiellement » : déclaration de l’émissaire spécial de l’ONU Staffan De Mistura qui recevait ce lundi soir la délégation de l’opposition syrienne. Au même moment, le régime de Damas autorisait l’accès de la ville assiégée de Madaya à des convois humanitaires. Dans la ville de Madaya, plus de 40 personnes sont mortes de faim ces dernières semaines. Cela dit, il reste beaucoup à faire sur le plan humanitaire comme sur le plan politique, avec comme principal obstacle la question du départ ou du maintien au pouvoir de Bachar el-Assad.

    Avec notre envoyé spécial à GenèveNicolas Falez

    C’est le Palais des Nations à Genève qui doit servir de cadre à ses discussions inter-syriennes. Des discussions indirectes, avec des délégations installées dans des salles séparées entre lesquelles les émissaires de l’ONU feront la navette. 

    Le diplomate onusien en charge du dossier Staffan De Mistura envisage une période de six mois de pourparlers pour avancer sur la transition politique et la perspective d’élections en Syrie. Mais derrière ces formules, il y a la question épineuse du sort de Bachar el-Assad. Question qui a fait échouer les discussions de 2012 et de 2014 sur la Syrie. 

    Pour l’opposition et les pays qui la soutiennent, une transition politique est synonyme d’un départ de l’actuel dirigeant syrien. Pour le régime de Damas et ses alliés russes et iraniens, pas question de lâcher Bachar el-Assad, qui doit pouvoir se maintenir et se présenter lors d’un futur scrutin. 

    Ces positions peuvent-elles évoluer ? Un diplomate occidental reconnaît que les Etats-Unis sont aujourd’hui moins fermes sur cette question. Toujours d’après cette source, Washington estime que la solution en Syrie passera par un rapprochement avec Moscou. Un scénario susceptible d’affaiblir le camp le plus hostile à Bachar el-Assad. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.