GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Kurdistan irakien: Massoud Barzani appelle à l'autodétermination

    media Le leader kurde irakien, Massoud Barzani, à Erbil, le 5 septembre 2014. REUTERS/Maja Hitij/Pool

    « L’heure est venue pour les Kurdes de décider de leur futur » affirme le président du Kurdistan irakien. Cette région du nord de l’Irak est pour l’instant toujours rattachée au gouvernement national. Massoud Barzani a publié un communiqué réaffirmant sa volonté d’organiser un référendum. Une promesse qu’il réitère régulièrement depuis son arrivée au pouvoir il y a 11 ans, et qui est passée quelque peu inaperçue dans une région autonome plongée dans une grave crise.

    Avec notre correspondante à ErbilOriane Verdier

    Cela fait maintenant neuf mois que les salariés du Kurdistan irakien ne reçoivent pas leur salaire normalement. Actuellement, ils attendent leur paye de septembre. Mais le gouvernement l’a annoncé : ils n’en recevront que la moitié. Peshmergas sur le front ou professeurs, tous doivent se serrer la ceinture, car le Kurdistan irakien est bel et bien en crise.

    Depuis plusieurs mois les manifestations et grèves se succèdent à Souleymanieh - la région la moins soumise à l’autorité du président. Massoud Barzani affirme ne pas avoir d’argent. Le Kurdistan irakien est en guerre contre l’organisation Etat islamique. Le pouvoir national à Bagdad a coupé les budgets réservés à la région en échange de son pétrole.

    Mais une partie des Kurdes n’accepte pas ces excuses et accuse le pouvoir de Massoud Barzani de voler l’argent du peuple. Cette crise économique est accompagnée d’une crise politique, depuis plusieurs mois le Kurdistan irakien avance sans Parlement. Son président appartient au parti d’opposition Gorran. Il a été expulsé de la région d’Erbil en octobre dernier. Le président Massoud Barzani lui-même a fini la prolongation de son deuxième mandat il y a neuf mois. Beaucoup de Kurdes discutent aujourd’hui sa légitimité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.