GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Riad Hijab, ex-Premier ministre syrien devenu opposant

    media Le coordonnateur de l'opposition syrienne Riad Hijab devant l'Elysée, le 11 janvier 2016, après avoir rencontré le président François Hollande. JACQUES DEMARTHON / AFP

    L’impasse persiste à Genève, où l’ONU tente d’organiser des pourparlers entre deux délégations syriennes ennemies : celle du pouvoir de Bachar el-Assad et celle du Haut-Comité des Négociations (HCN), principale plateforme de l’opposition. Ce mercredi a été marqué par l’arrivée à Genève du coordinateur de cette opposition syrienne, Riad Hijab. Particularité : il fut ministre de Bachar el-Assad, avant de faire défection.

    Riad Hijab a fait toute sa carrière du sein du Baas, le parti au pouvoir en Syrie. Ministre de l’Agriculture lorsque le soulèvement syrien éclate en 2011, ce quinquagénaire sunnite est nommé Premier ministre de Bachar el-Assad l’année suivante.

    Rencontré lors de passages à Paris en janvier 2016, Riad Hijab raconte qu’il n’a jamais souhaité cette promotion mais qu’à l’époque il lui a été fortement conseillé de ne pas la refuser.

    Quelques semaines après sa nomination, coup de théâtre : Riad Hijab et ses proches fuient la Syrie à destination de la Jordanie. Nous sommes alors en août 2012, la télévision syrienne assure alors que le chef du gouvernement a été « limogé ».

    Cette spectaculaire défection, Riad Hijab dit l’avoir payée cher : « j’ai été condamné à mort selon la loi anti-terroriste proclamée par Bachar El Assad après le début de la Révolution en Syrie, raconte-t-il, tous nos biens ont été saisis et revendus aux enchères. J’ai perdu plusieurs membres de ma famille, des proches… mais il fallait que je fasse défection ».

    Reçu par François Hollande

    Depuis décembre 2015, Riad Hijab est désormais le coordinateur du principal groupe de l’opposition syrienne, le HCN, qui rassemble des organisations politiques et militaires. Une plateforme soutenue par l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Occidentaux.

    Riad Hijab a d’ailleurs été reçu par François Hollande en janvier dernier, au moment où se préparaient les discussions de Genève sur la Syrie. L’ancien Premier ministre syrien connait parfaitement les rouages du régime de Bachar el-Assad. Rad Hijab n’a pas de mots assez durs pour décrire le dirigeant de Damas, il l’accuse de « mentir » sans cesse ou encore d’avoir « livré la Syrie » à ses alliés russes et iraniens.

    Possible dirigeant ?

    Interrogés par RFI, plusieurs diplomates français assurent que Riad Hijab a fait « bonne impression » lors de son passage à Paris en janvier. Les pays qui soutiennent l’opposition syrienne voient-ils en lui un possible dirigeant au cas où une transition politique prenait forme, après cinq ans de guerre en Syrie ? L’hypothèse est envisageable dans la mesure où personne n’envisage de détruire les structures de l’Etat syrien ni d’entamer de vaste épuration au cas où l’après-Bachar se dessinerait un jour.

    C’est d’ailleurs l’un des rares points de consensus entre des pays aux positions parfois très éloignées sur la crise syrienne : pas question de reproduire l’erreur de la « débaassification » de l’Irak qui a conduit au chaos dans ce pays.

    Mais avant d’imaginer un destin national en Syrie pour Riad Hijab, il faudrait qu’un processus s’amorce à Genève, or les efforts de l’ONU semblent plus fragiles et menacés que jamais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.