GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: les pourparlers de Genève suspendus jusqu'au 25 février

    media L'émissaire onusien Staffan de Mistura sur le perron de l'hôtel Président Wilson à Genève, le 3 février 2016. REUTERS/Denis Balibouse

    L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura a annoncé ce mercredi une suspension des discussions de Genève sur la Syrie jusqu'au 25 février. « Il y a encore du travail à faire », a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre de plusieurs heures avec les responsables de l'opposition syrienne dans un hôtel genevois.

    L'émissaire de l'ONU a en conséquence annoncé une « pause » dans les pourparlers de paix, qui n'ont jamais décollé depuis l'arrivée des délégations de Damas et de l'opposition vendredi et samedi dernier.

    « J'ai déjà fixé une date pour les prochaines discussions le 25 février », a-t-il ajouté.
    « J'ai dit dès le premier jour que je ne tiendrai pas des discussions simplement pour avoir des discussions », a poursuivi le diplomate onusien. « Ce n'est pas la fin ni l'échec des pourparlers », a-t-il affirmé, assurant que « les deux parties veulent voir un processus politique démarrer ».

    Avant la date prévue de reprise des discussions, une réunion du groupe international de soutien à la Syrie, comprenant une vingtaine de pays impliqués dans le dossier, dont les principaux soutiens du régime de Damas et de l'opposition, est prévue le 11 février à Munich.

    Les discussions pour tenter de trouver une issue au conflit qui ravage le pays depuis cinq ans, arrachées sous forte pression internationale, sont plombées depuis le début par l'immense fossé séparant les ennemis syriens, et par la situation sur le terrain, où la guerre fait rage.

    Le processus avait démarré vendredi avec l'arrivée de la délégation du régime de Damas, qui s'était entretenue au Palais des Nations avec Staffan de Mistura.
    L'opposition, venue en Suisse le lendemain, avait à son tour rencontré le diplomate onusien dimanche, mais a refusé d'entrer dans un processus de négociations tant que ses exigences humanitaires n'étaient pas satisfaites.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.