GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Union européenne a décidé de «suspendre» les FARC de sa liste d'organisations terroristes (officiel)
    Moyen-Orient

    Des dizaines de milliers de Syriens fuient l'offensive du régime à Alep

    media Le camp de Bab al-Salama, près de la frontière avec la Turquie, le 6 février 2016. Sur les 4,6 millions migrants syriens recensés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de la moitié -2,7 millions- se trouvent en Turquie. AFP/Bulent Kilic

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes ayant fui l'avancée des troupes de Bachar el-Assad, appuyées par l’aviation russe, dans la province d'Alep sont bloquées dans le nord de la Syrie, le long de la frontière avec la Turquie. Plusieurs milliers de personnes ont également fui vers les localités d'Afrine et d'Azaz. La situation est qualifiée de très inquiétante par les Nations unies et les organisations humanitaires qui tentent de venir en aide à la population syrienne.

    En deux jours, ce sont plus de 40 000 personnes qui ont fui les combats dans la province d'Alep et qui se sont dirigées vers le nord et vers la Turquie. Vendredi soir, la plus grande partie de ces déplacés se trouvaient soit sur la route, soit devant le poste-frontière de Bab al-Salama.

    Bloqués à la frontière turque

    Or, pour l'heure, la frontière turque reste fermée. Seules les personnes malades et les personnes âgées sont autorisées à passer, selon les informations qu’un porte-parole de l'Ocha, le bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires, a données à RFI. « Les autres se trouvent toujours à la frontière ou alors se sont rassemblées dans des zones en plein air », précise Iyad Nasr, porte-parole pour le Moyen-Orient de l'Ocha. Les autorités turques ont commencé à préparer un plan d'accueil d'urgence, de nouvelles tentes ont été installées dans un camp qui se trouve à proximité de Bab al-Salama.

    Une ONG islamique turque a été cependant autorisée à franchir la frontière pour apporter de l'aide d'urgence aux réfugiés, notamment de l'eau, de la nourriture et des couvertures

    Situation humanitaire grave

    « Il y a de plus en plus de gens qui fuient les zones où ont lieu les affrontements, souligne-t-il. On estime à 25 000 le nombre de personnes qui ont atteint la frontière à Bab al-Salama et il y a aussi plusieurs milliers de personnes qui se trouvent dans les villes d'Azaz et d'Afrine. » Certains ont pu trouver refuge chez des proches, d'autres ont été pris en charge dans des camps de déplacés, mais nombre d'entre eux se retrouvent livrés à eux-mêmes.

    « Ces gens ont tout quitté et ils manquent de tout. Ils manquent de nourriture, de médicaments. Et le plus inquiétant ce sont les conditions météo et le froid », s’inquiète l’Ocha. La situation humanitaire est d'autant plus grave qu'en raison des combats, les routes permettant d'acheminer l'aide humanitaire sont coupées. Et selon une source humanitaire que RFI a jointe dans le sud de la Turquie, il va devenir très difficile de venir en aide à la fois aux populations qui restent dans la région d'Alep et à celle qui tentent de la fuir.

    Tenir 5000 à 10000 personnes sur une frontière comme ça, ce n'est pas faisable sur le long terme...
    Massimiliano Rebaudengo, chef de mission de Médecins sans frontières dans le sud de la Turquie 06/02/2016 - par Daniel Vallot Écouter

    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exhorté Moscou à mettre fin à ses frappes en Syrie et à appliquer un cessez-le feu, qui, a-t-il dit, est désormais soutenu par les Iraniens. John Kerry affirme détenir des preuves selon lesquelles la Russie a utilisé des bombes classiques sans guidage, qui n'ont pas de précision et tuent des civils en grand nombre, notamment des femmes et des enfants.

    Où sont les réfugiés syriens ?

    Impossible de laisser les Syriens sur les routes quand «des frappes aériennes sont en cours et que les forces du régime de Damas soutenues par des milices chiites iraniennes attaquent également les civils». Ces mots sont du chef de la diplomatie turque qui estime à près de 55 000 la nouvelle vague de réfugiés près du poste frontière turc d’Oncupinar.

    Au total, sur les 4,6 millions migrants syriens recensés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, plus de la moitié -2,7 millions- se trouvent en Turquie, en plus de 300 000 Irakiens qui eux aussi ont fui leur pays en guerre. Plus d’un million de Syriens ont trouvé refuge au Liban, soit 25 % de la population. La plupart vivent dans une grande pauvreté, le fond des donateurs accordés aux Nations unies n’étant plus à la hauteur des besoins.

    Ça craque aussi en Jordanie, où avec près d’un million de migrants Syriens dont 630 000 enregistrés par le HCR, le petit royaume arrive à un point de rupture. Amman évalue le coût des réfugiés à deux milliards sept cent mille dollars pour la seule année 2016. 90 % des réfugiés se trouvent ainsi dans les pays voisins de la Syrie dont 245 000 en Irak selon le HCR. 10 % seulement ont passé les frontières de l’Union européenne.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.