GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Canada: arrêt des frappes contre le groupe EI en Irak et en Syrie

    media Le Premier ministre Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse à Ottawa, où il a annoncé l'arrêt des frappes aériennes canadiennes contre le groupe EI en Irak et en Syrie, le 8 février 2016.

    Le Canada va mettre fin à ses frappes aériennes contre les positions du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie le 22 février, a annoncé lundi le gouvernement du Premier ministre. Justin Trudeau avait promis en campagne électorale de retirer les six chasseurs engagés avec la coalition internationale. Le Canada va tripler le nombre de ses forces spéciales en Irak et mettre l'accent sur l'aspect humanitaire.

    Les frappes canadiennes contre l'organisation de l'Etat islamique en Irak avaient débuté en octobre 2014, avant d'être étendues à la Syrie en avril 2015. L'armée de l'air canadienne a opéré de la base koweïtienne d'Ali Al Salim où étaient basés les six avions de combat F18 envoyés par Ottawa. 

    Les chasseurs canadiens auront mené environ 11% des missions de bombardement de la coalition réalisant à ce jour près de 230 frappes au total, soit, à titre de comparaison, la moitié des frappes françaises. 

    Le gouvernement canadien a toutefois décidé de maintenir au Moyen-Orient un avion ravitailleur et des deux avions de surveillance, des capacités importantes pour la coalition, car relativement rares. Mais surtout le Canada va tripler le nombre de forces spéciales présentes dans le nord de l'Irak, pour les porter à 210. 

    Là encore, il s'agit d'un point important dans la stratégie de la coalition qui a besoin de davantage de troupes pour encadrer les combattants kurdes et irakiens contre l'EI, aujourd'hui en Irak, et peut-être demain en Syrie, afin de maintenir la pression sur les jihadistes et regagner du terrain.

    Plan de 530 millions d'euros sur trois ans d'aide humanitaire

    L’armée canadienne va également davantage s’impliquer dans la formation des soldats irakiens, notamment pour la prise en charge des blessés, ainsi que dans le renseignement. En se concentrant sur le soutien à ses alliés et sur la formation, le Canada veut montrer que l’armée reprend son rôle de coopération, comme dans les années 80.

    Le gouvernement met l’accent aussi sur l’aide humanitaire, comme l’explique le Premier ministre canadien Justin Trudeau. « La meilleure arme contre la barbarie n’est pas la haine, c’est la raison. Les gens terrorisés quotidiennement par l'Etat islamique n’ont pas besoin de notre vengeance, ils ont besoin de notre aide. » Près de 530 millions d’euros sur trois ans sont donc destinés aux réfugiés victimes de la guerre en Syrie, notamment pour leur fournir de l’eau potable, des services de santé et d’éducation. Un quart de l’aide humanitaire servira aussi aux pays voisins touchés par le conflit, comme le Liban, la Jordanie, l’Egypte.

    Le Canada va enfin allouer une aide d'un milliard d'euros destiné à la lutte contre l'organisation Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.