GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Selon l'agence Bloomberg, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a convenu, lors d'une réunion à Alger, de réduire sa production à 32,5 millions de barils par jour, soit 750000 de moins qu'en août. L'Opep fournit environ 40% de l'offre mondiale de brut.

    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Assad veut reconquérir la Syrie tout en négociant avec l’opposition

    media Le président syrien Bachar el-Assad pendant son interview avec l'AFP, à Damas, le 11 février 2016. JOSEPH EID / AFP

    L’interview a été enregistrée jeudi quelques heures avant l'annonce d’un accord visant une cessation des hostilités en Syrie. Bachar el-Assad s'est exprimé dans un entretien à l'Agence France-Presse (AFP). Il n'était pas encore intervenu publiquement depuis le début de l'offensive à Alep, dans le nord.

    C’est un Bachar el-Assad confiant et déterminé qui s’est confié à l’AFP. Le président syrien revient d’abord sur l’offensive menée à Alep depuis le début du mois avec le soutien des bombardiers russes. « La reconquête de tout le territoire est un but que nous chercherons à atteindre sans hésitation », affirme-t-il. Et il ajoute « négocier ne signifie pas qu’on arrête de combattre le terrorisme. Ce sont deux volets indispensables ».

    Bachar el-Assad évoque le risque d’opérations militaires au sol menées par la Turquie et l’Arabie saoudite, « une possibilité qui n’est pas à exclure ». Mais là encore, il assure pouvoir « y faire face ».

    Le président syrien rend aussi les gouvernements européens responsables de l’exode des réfugiés et appelle les responsables politiques à aider cette population à rentrer chez elle.

    Face aux accusations de crimes contre l’humanité portées par l’ONU, Bachar el-Assad nie en bloc : « Je ne crains ni ces menaces, ni ces allégations. Les rapports de l’ONU sont politisés et infondés », assène-t-il.

    Et puis, réagissant à propos du remaniement ministériel en France, le chef de l’Etat indique que « le changement de personnalités n’est pas vraiment d'une grande importance ». Ce qu’il attend, c’est un « changement de politique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.