GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Des dizaines de milliers de Syriens bloqués à Kilis

    media Des dizaines de milliers de Syriens attendent leur tour pour traverser la frontière turques à Kilis, ce 11 février 2016. REUTERS/Osman Orsal

    La guerre en Syrie a causé le départ de dizaines de milliers de civils sur les routes, particulièrement depuis le début de l'offensive du régime de Damas et de son allié russe. La plupart d'entre eux se dirigent vers la frontière turque qui pour le moment reste fermée. A Kilis, à la frontière entre les deux pays, seuls des camions d’aide sont autorisés à traverser.

    Avec notre envoyé spécial à Kilis, Alexandre Billette

    A Kilis ce vendredi 12 février, des dizaines de camions turcs passent du côté syrien avec de l’aide humanitaire, de la nourriture essentiellement, à destination des réfugiés. Ces derniers sont toujours bloqués du côté syrien. Selon certaines estimations locales, à Kilis, 55 000 personnes attendraient de pouvoir traverser.

    Des réfugiés sont installés dans la ville depuis des mois. Aujourd’hui, Kilis compte une majorité de ressortissants syriens. De nombreuses affiches de magasins sont d’ailleurs en arabe et même dans les petits commerces, les patrons recrutent au moins un arabophone afin de pouvoir attirer la clientèle syrienne. La ville est donc totalement transformée par cette nouvelle réalité.

    Ce vendredi 12 février, le poste-frontière est très calme, si l’on fait abstraction des camions d’aide humanitaire. Quelques officiels font le pied de grue mais aucun réfugié n’est autorisé à traverser.

    A titre individuel, la Turquie permet à certains réfugiés malades ou blessés de franchir la frontière pour se faire soigner ici. Dans les heures à venir, il pourrait y avoir quelques passages autorisés mais ils ne devraient concerner que quelques dizaines de personnes.


    La colère des autorités turques

    L'ONU et l'Union européenne (UE) ont exhorté Ankara à ouvrir sa frontière à cette nouvelle vague d'exode, provoquant la colère des dirigeants turcs. Le vice-Premier ministre turc Yalçin Akdogan s'est rendu sur place ce vendredi matin. Il a annoncé l'ouverture d'un dixième camp en territoire syrien, où sont hébergées 100 000 personnes, et dénonce le double langage de pays qui n'ont apporté aucun soutien à la Turquie dans cette crise. « Nous n'avons pas choisi d'héberger trois millions de réfugiés parce que quelqu'un nous l'a demandé. La Turquie a ouvert ses frontières et a hébergé ces gens en raison de ses valeurs éthiques et morales. Personne ne devrait faire de leçon d'humanité à la Turquie. »

    Le vice-Premier ministre turc a répété que « la Turquie a été abandonnée lors de cette tragédie humanitaire. La Turquie n'a pas pu rester insensible, elle accueille les réfugiés et elle est seule à le faire. Et maintenant, ce sont les pays qui n'ont apporté aucun soutien à la Turquie durant cette crise qui lui demande d'ouvrir ses portes. »

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.