GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bahreïn: cinq ans après le soulèvement rien n'a changé

    media Le roi du Bahrein Hamed ben Issa al-Khalifa et son héritier Salmane, à Riffa, en avril 2013. REUTERS/Hamad I Mohammed

    Cinq ans, jour pour jour, se sont déroulés depuis que le printemps arabe a gagné le royaume de Bahreïn dans la péninsule arabique. Un soulèvement écrasé par la monarchie sunnite au pouvoir avec le soutien de l'Arabie saoudite. Depuis, les conditions de vie de la population n'ont guère évolué et la situation politique reste totalement figée.

    C'est le 14 février 2011 que la vague de contestation, née en Tunisie et passée par l'Egypte, gagne le royaume de Bahreïn. La contestation embrase la majorité chiite du pays, qui dénonce la main mise politique et économique, exercée par la minorité sunnite, et par la dynastie qui dirige le pays d'une main de fer.

    Comme ailleurs dans la région, les manifestants réclament des réformes politiques et une meilleure répartition des richesses. Mais très vite, le régime choisit de réprimer brutalement les manifestations, avec le soutien de l'Arabie saoudite.

    Cinq ans plus tard, le temps semble s'être arrêté dans le royaume. Les disparités sociales et politiques n'ont pas disparu, et l'opposition a préféré boycotter les élections organisées en novembre 2014, estimant que les conditions d'un scrutin équitable n'étaient pas réunies.

    De leur côté, les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent le manque de libertés et la politique répressive exercée à l'encontre de tous ceux qui osent critiquer le pouvoir en place. Les autorités ont d'ailleurs prévenu, cette semaine, que tout appel à manifester, en ce cinquième anniversaire du printemps bahreïni, serait considéré comme une infraction criminelle punie par la loi.

    → A (RE) LIRE : Que reste-t-il des printemps arabes ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.