GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    [Analyse] Pourquoi la Turquie s’en prend-elle aux Kurdes de Syrie?

    media Image d'archive de l'aéroport militaire de Minnigh (août 2013), tenu par les combattants kurdes. L’armée turque l'a bombardé le 13 février 2016. Zein Al-Rifai / AFP

    Pour la troisième journée consécutive, l'armée turque a bombardé depuis sa frontière des positions des combattants kurdes en territoire syrien aux alentours de la ville syrienne d'Azaz, dans la province d'Alep. Le Parti de l'union démocratique (PYD) est fourni en armes et en munitions par les Américains, qui les jugent très efficaces pour lutter contre le groupe Etat islamique en Syrie. Mais la Turquie et l’opposition syrienne accusent le PYD de faire le jeu de Bachar el-Assad en profitant des combats pour faire avancer ses propres positions. Cette accusation est-elle justifiée ?

    Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a une nouvelle fois mis en garde ce lundi les Kurdes de Syrie en prévenant que son pays ne les laisserait pas prendre le contrôle de la ville syrienne d'Azaz, près de la frontière turque. « Nous ne laisserons pas Azaz tomber, tout le monde doit clairement le savoir. Le YPG [Unités de protection du peuple, le bras armé du PYD ndlr], ne sera pas autorisé à avancer vers l'ouest de l'Euphrate et à l'est d'Afrin », a déclaré Ahmet Davutoglu.

    « C’est l’obsession du gouvernement d’Ankara, la hantise de voir les Kurdes dans la région d’Afrin, juste à la frontière turque, faire leur jonction avec les Kurdes de Kobané, et donc de prendre le contrôle de toute la bande frontalière avec la Turquie et par voie de conséquence également, de couper la dernière route qui permettait à la Turquie de ravitailler les insurgés d’Alep-Est », explique David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyses stratégiques (Ifas).

     Le Premier ministre turc a en outre sommé les combattants kurdes de Syrie de se retirer de l'aéroport de Minnigh, dont ils ont pris le contrôle la semaine dernière lors de leur avancée vers Azaz.

    « Une sorte de balkanisation »

    Pour David Rigoulet Roze, « il y a incontestablement un jeu kurde autonome ». Les Kurdes peuvent espérer asseoir leurs positions. « Dans la confusion générale, il y a une sorte de balkanisation avec une multiplication des acteurs avec leurs propres agendas, un axe turco-saoudien. »

    Les Kurdes traditionnellement soutenus par les Russes, le sont désormais aussi par les Américains. Samedi soir, Washington a exhorté la Turquie à cesser de frapper les Kurdes et le régime syrien. « Il y a des risques d’engrenage avec des jeux d’alliance, on le voit bien. C’est une configuration extrêmement dangereuse. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.