GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les photos du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, bannies de Facebook

    media Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à la télévision libanaise. REUTERS/Ali Hashisho

    Le 7 février 2016, Facebook a commencé à bloquer toutes les pages qui affichent la photo du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Trois jours plus tard, les supporters du leader chiite libanais ont riposté en inondant le réseau social de portraits de celui qu’ils considèrent comme un héros. Depuis, une sorte de guerre virtuelle se déroule sur Facebook entre la direction de la plateforme et les partisans du Hezbollah.

    De notre correspondant à Beyrouth,

    Au Liban, les internautes, qui affichent un portrait du leader du Hezbollah, reçoivent un message de la part du réseau social Facebook indiquant que la photo de Hassan Nasrallah a été dénoncée pour « violence graphique ». Les propriétaires de la page sont sommés de « changer leur photo de profil » ou « de couverture », ou encore d'effacer tout message posté sur leur page où apparaît Hassan Nasrallah. S’ils n’obtempèrent pas dans les heures qui suivent, leur compte est invalidé puis leur page Facebook fermée. Des centaines d’internautes se sont plaints de la fermeture de leur compte après avoir reçu un tel message.

    Une campagne initiée par des Israéliens selon certains

    Pour qu’une telle décision soit prise par la direction de Facebook, il faut qu’une photo ou un texte soient dénoncés par des membres de la communauté. La procédure est simple: il suffit de cliquer sur l'onglet «report» (Rapporter). Ici à Beyrouth, les médias libanais pensent qu’une campagne initiée par des milieux israéliens est à l’origine de la décision de Facebook d’interdire le portrait de Hassan Nasrallah. La première victime de cette campagne est un blogueur appelé Ali Bacha, qui avait posté, d’un seul coup, 13 photos du chef du Hezbollah.

    Résistance des partisans de Nasrallah

    Face à ce qu'ont qualifié de « guerre lancée par Facebook », les partisans de Hassan Nasrallah ont décidé de faire de la « résistance ». Un « comité de coordination », apparu sur Facebook, a lancé une campagne intitulée « Résistez avec une photo ». Les fans du chef du Hezbollah ont été invités à poster des portraits de Hassan Nasrallah, à partir du jeudi 11 février à 20h30. Lorsque l’heure H a sonné, le réseau a été littéralement inondé de photos. On peut voir Hassan Nasrallah enfant, adolescent, adulte; en civil, en habit religieux ou en treillis militaire; seul ou entouré des membres de sa famille ou de partisans. Bref, ceux qui, sur la Toile, n’avaient jamais ou peu entendu parler de Hassan Nasrallah, peuvent désormais consulter un album complet de celui qui est considéré comme un héros et un résistant par certains, ou un dangereux terroriste par d’autres. Et l’invasion de photo se poursuit depuis quatre jours avec autant d’intensité.

    Twitter et Instagram envahis de photos de Nasrallah

    La démarche des partisans de Hassan Nasrallah s’est étendue à d’autres réseaux sociaux. Effectivement, une demi-heure après Facebook, le Hashtag #RIPFacebook, RIP étant les initiales de « Rest in peace », ou « Reposez en paix Facebook », s’est répandu sur Twitter comme une trainée de poudre. La plateforme de micro-blogs a été, à son tour, envahie par des portraits de Hassan Nasrallah. Puis est venu le tour d’Instagram. Dans leurs commentaires, les internautes ont expliqué que cette mobilisation en faveur de Hassan Nasrallah constitue un défi vis-à-vis de Facebook, qu’ils accusent de porter atteinte à la liberté d’expression et d’appliquer la politique du «deux poids deux mesures».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.