GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Législatives en Iran: 6200 candidats retenus

    media Pour le camp modéré du président Rohani, ces législatives sont l'occasion de reprendre le contrôle du Parlement tenu par les conservateurs. AFP PHOTO / ATTA KENARE

    En Iran, quelque 6 200 candidats sur les 12 000 inscrits ont été approuvés pour les élections législatives du 26 février prochain. Le gouvernement du président Hassan Rohani n'a toutefois pas réussi à faire approuver la candidature de nombreuses personnalités du camp modéré et réformateur.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Malgré le rejet de nombreux candidats de leur camp, la coalition des partis réformateurs et modérés pourra présenter des candidats dans tout le pays. Mais la coalition a dû faire appel à de nombreux candidats inconnus. A Téhéran, elle a même dû inclure dans la liste trois modérés conservateurs sur les trente candidats de la capitale. De leur côté, les conservateurs ont également présenté une liste unique dans l'ensemble du pays.

    Les deux camps savent que le scrutin est crucial. Voilà pourquoi ils ont tout fait pour éviter la dispersion des voix. Les responsables des deux camps ont appelé tous les candidats non retenus dans leur liste officielle à se désister.

    Le président Hassan Rohani espère capitaliser l'accord nucléaire et la fin des sanctions pour changer la composition du Parlement contrôlé par les conservateurs afin d'avoir les coudées franches pour mener à bien ses réformes politiques et sociales. De leur côté, les conservateurs espèrent maintenir leur contrôle sur le Parlement.

    Tout dépendra en réalité du taux de participation. Les réformateurs estiment qu'avec une forte mobilisation, ils auront plus de chance pour de l’emporter malgré les rejets de candidatures.

    D'un côté c'est une liste fermée, dans la mesure où la moitié des candidats ont été éliminés donc on peut dire que c'est un scrutin démocratiquement contrôlé. Deuxièmement, il y a quand même 6 000 et quelques candidats pour 280 postes, autrement dit il y a une diversité de candidats très importante...
    Bernard Hourcade géographe et spécialiste de l'Iran 17/02/2016 - par Daniel Vallot Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.