GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: bientôt l'arrêt des combats?

    media Un combattant rebelle évolue dans le village de al-Shadadi alors que l'on remarque, dans le ciel, les trainées des chasseurs de la coalition anti-EI. REUTERS/Rodi Said

    En visite en Jordanie, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry vient d'annoncer ce dimanche 21 février qu'un « accord provisoire » sur les modalités d'une cessation des hostilités en Syrie est à portée de main. Une annonce faite alors que ce matin la ville de Homs, dans le centre de la Syrie, a de nouveau été frappée par un attentat à la voiture piégée faisant au moins 57 morts d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Le cessez-le-feu pourrait intervenir dans les prochains jours a déclaré John Kerry. Il y a un « accord provisoire » sur les termes de cet arrêt des hostilités a-t-il encore ajouté. Les présidents américains et russes devraient se parler au téléphone rapidement pour finaliser sa mise en place, explique notre correspondante à Amman, Angélique Ferat.

    John Kerry et Serguei Lavrov sont les principaux artisans de l'accord de Munich signé par 17 pays et qui prévoyait un cessez-le-feu. Il devait intervenir vendredi 19 février mais les combats avaient continué à l’expiration du délai. Depuis, John Kerry n’a cessé d’appeler à la cessation des hostilités.

    Il a également appelé l’aviation russe à cesser ses bombardements massifs qui touchent aussi bien des civils que des combattants. Si cessez-le-feu il y a, le régime de Damas est en meilleure position que jamais grâce à son allié russe. Il a repris la main sur le terrain. Il y a, d'un côté, l'offensive sur Alep du début du mois au nord du pays ; la ville est quasi assiégée, il y a aussi l’offensive sur Deraa qui a permis de reprendre en grande partie l’axe commercial vital Damas - frontière jordanienne. En face, l’Armée libre est affaiblie et divisée. L’aide américaine a été suspendue.

    L'horreur à Homs

    Des voitures calcinées, des corps déchiquetés, projetés dans tous les sens, des façades d’immeubles éventrées, des colonnes de fumées et des nuages poussières qui recouvrent la ville : les habitants du quartier al-Zahraa, à Homs, en majorité des alaouites et des chrétiens, sont désormais habitués à ces scènes de dévastation. Selon les premières informations, le double attentat a été perpétré par deux kamikazes, qui ont choisi de frapper à une heure de pointe dans un endroit animé, raconte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

    Le premier terroriste a fait exploser son véhicule piégé au passage de plusieurs bus qui transportaient des écoliers et des fonctionnaires. Le second a attendu que les passants s’attroupent pour porter secours aux victimes avant de faire exploser la ceinture d’explosif qu’il portait sur lui. Ce même mode opératoire avait été utilisé le mois dernier dans un double attentat suicide qui avait fait 22 morts dans le même quartier.

    Le groupe Etat islamique avait revendiqué ce précédent massacre. Homs est sous le contrôle du gouvernement syrien. Mais la troisième ville de Syrie est ouverte vers l’est à des vastes régions occupées par l’EI et au nord à des zones contrôlées par des groupes islamistes, dont le Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.