GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'armée du Zimbabwe appelle la population au «calme» et à la «patience»
    • Brexit: Amsterdam choisie pour accueillir l'Agence européenne des médicaments (EMA) après son départ de Londres
    • Les Etats-Unis désignent la Corée du Nord comme «Etat soutenant le terrorisme» (Maison Blanche)
    • Le Hezbollah nie tout lien avec un missile tiré vers RIyad depuis le Yémen
    • Liban: le Hezbollah nie envoyer des armes au Yémen, à Bahreïn et au Koweït
    • Merkel: des élections anticipées préférables à un gouvernement minoritaire
    • Le Hezbollah se dit prêt à se retirer d'Irak après la défaite de l'EI
    • Argentine: le sous-marin «San Juan» avait signalé une avarie lors de sa dernière communication (officiel)
    • Allemagne: le président Frank-Walter Steinmeier exhorte les partis au compromis pour gouverner
    • Argentine: les appels de samedi ne provenaient pas du sous-marin porté disparu (officiel)
    Moyen-Orient

    Syrie: un «plan B» américain en cas d'échec du cessez-le-feu?

    media John Kerry avertit: «Quiconque pense pouvoir violer cet accord en toute impunité commet une grave erreur». @RFI/channa

    Les diplomates internationaux ne se bercent pas d’illusions sur l’accord pour un cessez-le-feu en Syrie. Cette semaine, Moscou et Washington ont annoncé un arrêt des combats dans ce pays. Il doit en théorie débuter dans un peu plus de 48h, dans la nuit de vendredi à samedi. Mais les Américains, instigateurs et fervents partisans de ce cessez-le-feu, semblent déjà ne pas y croire. Le secrétaire d’Etat, John Kerry évoque déjà un « plan B ».

    Dans le dossier syrien, les responsables américains ont toujours favorisé une solution négociée. Toutefois, la diplomatie semble montrer ses limites. La complexité de la situation sur le terrain en Syrie, avec ces dizaines de groupes différents qui s’affrontent, les populations assiégées, bombardées, sont autant de paramètres qui rendent la mise en place de ce cessez-le-feu quasiment impossible.

    Depuis Washington, le secrétaire d’Etat John Kerry constate les limites de son projet de « cessation des combats » et évoque désormais un « plan B ». Dans le détail, on ignore presque tout de cette solution annexe mais des rumeurs, des informations de presse, parlent d’une option militaire internationale. Réalité ou nouvelle manœuvre diplomatique pour tenter de faire pression sur les différents protagonistes ? Difficile à dire.

    En tout cas, cette solution négociée, le chef de la diplomatie américaine y tient dur comme fer. John Kerry avertit : « Quiconque pense pouvoir violer cet accord en toute impunité commet une grave erreur ». Quant à ceux qui ne prennent pas son « plan B » au sérieux, il leur dit : « La preuve se fera par les actes dans les prochains jours ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.