GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Elections en Iran: un scrutin à valeur de test pour Rohani

    media Une habitant de Téhéran passe devant des affiches électorales en prévision des élections législatives, le 25 février 2016. BEHROUZ MEHRI / AFP

    Le scrutin parlementaire a lieu un peu plus d’un mois après la levée des sanctions internationales. Or, ce vote oppose deux listes : l’une, formée de réformateurs et de modérés, soutient la politique menée par Hassan Rohani. L’autre constituée d’ultra conservateurs, s’y oppose. Conséquence : le scrutin aura valeur de référendum sur l’accord nucléaire et sur la politique d’ouverture du président iranien.

    Avec notre envoyé spécial à Téhéran, Daniel Vallot

    Massoud est commerçant, il a choisi de voter pour la liste des réformateurs et des modérés pour une seule raison : parce qu’elle soutient le président iranien et sa politique d’ouverture.

    « On était dans une impasse, et tous les pays étaient contre nous. Mais grâce à Rohani, on a pu se sortir de cette situation et maintenant nous avons de bonnes relations avec le reste du monde, se félicite-t-il. Beaucoup de portes sont en train de s’ouvrir pour les Iraniens. C’est une bonne chose, et pour soutenir cette politique, je vais voter pour les réformateurs. »

    Accord de Vienne

    Trois ans après son élection, Hassan Rohani conserve un crédit important auprès de son électorat, qui salue l’accord de Vienne sur le nucléaire. Pour Mohammad Ali Vakili, candidat sur la liste des réformateurs et des modérés dans la ville de Téhéran, la levée des sanctions et l’application de cet accord joueront en faveur de son camp.

    « Les gens ont vu que les promesses de Rohani ne restent pas lettre morte. Et avec ces élections ils espèrent encore davantage de changement. Bien entendu, depuis la levée des sanctions, nos adversaires n’ont cessé de noircir le tableau et ont essayé de dire aux Iraniens que rien n’avait changé. Mais les gens ne les croient pas ! assure-t-il. C’est vrai que depuis l’élection de Hassan Rohani, nous n’avons pas eu le temps de résoudre tous les problèmes, tempère le candidat, avant d'ajouter : Et puis n’oublions pas qu’un un mois seulement s’est écoulé depuis la levée des sanctions. »

    Inquiétudes et méfiance

    Mais pour le camp conservateur, l’accord de Vienne menace les fondements de la République islamique, car il ouvre la porte aux entreprises occidentales.

    Et ces entreprises « pourraient avoir une influence négative en Iran », estime Abas, un électeur iranien. C’est pour cette raison qu’il votera pour la liste des conservateurs. « Si tout le monde sort gagnant de cet accord sur le nucléaire, ça me va. Mais ce qui m’inquiète, c’est de voir les pays occidentaux nous tromper. Je ne suis pas d’accord s’ils nous font un mauvais coup, soit maintenant soit à l’avenir », s’inquiète-t-il.

    « Ça c’est déjà vu dans notre histoire, poursuit Abas. Avant la Révolution, les pays étrangers étaient présents en Iran et leur seul objectif c’était de nous exploiter. [… ] Des coups tordus, il y en a eu de la part de la France, de l’Angleterre et d’autres pays. Ces pays, on ne peut pas vraiment leur faire confiance, il faut qu’ils fassent leurs preuves. »

    « Il n'y a pas eu assez de progrès »

    Mais ce que de nombreux électeurs reprochent au président iranien, c’est surtout de ne rien avoir fait pour améliorer leur vie quotidienne. « La chose la plus importante en Iran c’est l’économie. Depuis trois ans et l’élection de Rohani, il n’y a pas eu assez de progrès. Pourtant, trois ans, c’est long ! L’emploi des jeunes c’est crucial. Mais aujourd’hui la plupart des jeunes ont de mauvais emplois, ou alors pas d’emplois du tout ! »

    Mais la grande inquiétude des réformateurs et des modérés – bien plus que les arguments avancés par leurs adversaires, c’est le désintérêt d’une grande partie de la population pour ce scrutin. Les réformateurs ont en effet besoin d’une participation forte, au moins supérieure à 60% de l’électorat, pour espérer l’emporter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.