GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    [Infographie] Elections en Iran: les clés d'un système de vote complexe

    media Un bureau de vote, lors des dernières législatives en 2012. REUTERS/Morteza Nikoubazl

    Les 55 millions électeurs iraniens sont appelés aux urnes ce vendredi 26 février pour renouveler deux des institutions politiques de leur pays. L’Assemblée consultative islamique et l’Assemblée des Experts. Ces élections interviennent à un moment crucial pour l’avenir de la République islamique d’Iran. Ce pays vient, après la signature de l’accord nucléaire avec les grandes puissances, de sortir de son isolement international et a besoin d’une législation conforme aux aspirations de sa population particulièrement ouverte au monde et aux besoins économiques après tant d’années de repli et de solitude. La prochaine Assemblée des Experts serait très probablement celle qui serait amenée à choisir le successeur d’Ali Khamenei. Dans un système politique où le pouvoir du Guide est presque illimité, ce choix serait également celui de devenir. Comment marche le système électoral iranien ?

    L’Assemblée consultative islamique est la seule chambre du pouvoir législatif. Elle est composée de 290 membres, élus pour 4 ans. Les candidats à la députation doivent, selon la Constitution iranienne, soumettre leur candidature à l’appréciation et à l’approbation du Conseil des Gardiens. Celui-ci exerce un contrôle de conformité des lois et règlements à la Constitution et à la Religion et valide les candidatures aux institutions électives. Son pouvoir, son interprétation du droit et surtout sa pratique sont vivement critiqués et même contestés.

    Pour cette dixième législature depuis l’instauration de la République islamique en Iran, 6 229 candidats, sur environ 12 000, ont obtenu l’aval du Conseil des Gardiens. Finalement 4 844 se présentent aux électeurs.

    Les élections législatives sont organisées au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours. Les candidats qui arrivent en tête avec au moins 25% des voix sont élus dès le premier tour. Le nombre des candidats pouvant se présenter au deuxième tour est égal au double des sièges à pourvoir. La date du deuxième tour n’est pas encore fixée.

    L’Assemblée des Experts est composée de 88 jurisconsultes religieux élus pour 8 ans. Elle est chargée de choisir le Guide suprême et le cas échéant constater son incapacité d’exercer ses fonctions.

    Les candidats à cette assemblée doivent également soumettre leur candidature à l’examen du Conseil des Gardiens. Si les candidatures aux autres institutions électives (Assemblée consultative, présidence de la République) sont examinées par le collège plénier du Conseil composé de ses douze membres, celles à l’Assemblée des Experts ne sont soumises qu’à l’appréciation du collège religieux composé de six « jurisconsultes musulmans ».

    Sur 1 200 candidats à l’Assemblée des Experts, le Conseil des Gardiens n’a validé que la candidature de 161 religieux. Ainsi, dans certaines circonscriptions la candidature d’une seule personne a été retenue. Le scrutin pour l’Assemblée des Experts est majoritaire à un tour.

    Cliquez pour agrandir


    A voir aussi :

    Le site de RFI en persan
    Twiter : @RFI_Farsi

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.