GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: accord pour la libération du Palestinien Mohammed al-Qiq

    media Un manifestant brandit le portrait du journaliste Mohammed al-Qiq, près de Ramallah lors d'une manifestation, le 19 février 2016. REUTERS/Mohamad Torokman

    Le journaliste palestinien Mohammed al-Qiq a accepté, ce vendredi 26 février 2016, de cesser sa grève de la faim, a annoncé le Club des prisonniers palestiniens. Un accord a été trouvé pour que son placement en détention administrative ne soit pas renouvelé.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    En principe, Mohammed al-Qiq sera libéré le 21 mai prochain. Au terme de l'accord, les autorités israéliennes ne renouvelleront pas sa détention administrative.

    Mais dès aujourd'hui, le journaliste palestinien, qui refusait de s'alimenter depuis 94 jours, met un terme à sa grève de la faim. Il restera néanmoins, jusqu'à sa libération, à l’hôpital d'Afoula, dans le nord d’Israël.

    Une solution pour que la famille puisse le voir

    De nombreuses discussions avaient eu lieu, entre les défenseurs de M. Qiq et la justice israélienne, pour que le journaliste soit transféré dans un hôpital palestinien.

    Car sa famille, originaire de Cisjordanie, n’était pas autorisée à lui rendre visite. Dans le cadre de l'accord, une solution a été trouvée, indique-t-on de source israélienne.

    Des dizaines d'autres détenus extrajudiciaires

    En début de semaine, deux détenus palestiniens également liés au mouvement Hamas ont été amenés par les autorités pénitentiaires israéliennes au chevet d'al-Qiq pour, précise-t-on de même source, tenter de le persuader de mettre fin à sa grève.

    Des dizaines de prisonniers palestiniens et plusieurs extrémistes juifs se trouvent en détention administrative, un régime extrajudiciaire qui permet à Israël de les détenir sans procès ni inculpation pour des périodes de six mois, renouvelables indéfiniment.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.