GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Législatives en Iran: pas de majorité pour les réformateurs au Parlement

    media Le président Rohani, photographié le 26 février 2016. REUTERS/President.ir

    Trois jours après les élections législatives iraniennes, les résultats sont désormais presque finalisés. Les grandes lignes du nouveau paysage politique se dessinent, avec une percée des réformateurs et modérés, sans majorité toutefois au Parlement malgré leur carton à Téhéran. Le président Rohani espérait rafler la majorité, pour avoir les mains plus libres afin d'accélérer ses réformes politiques et sociales. Mais il devra compter avec un Parlement divisé.

    Les deux coalitions, réformateurs et modérés d'un côté, conservateurs de l'autre, ont obtenu environ le même nombre de sièges sur les quelque 230 candidats élus au premier tour. Aucun groupe n’a donc obtenu de majorité claire pour l'instant, malgré une légère avance pour les conservateurs.

    Les réformateurs et modérés ont pourtant remporté l'intégralité des 30 sièges en jeu dans la capitale du pays, rappelle notre correspondant Siavosh Ghazi. Mais Téhéran n'est pas l'Iran, et les conservateurs ont devancé leurs adversaires dans de nombreuses circonscriptions de province.

    Le Parlement iranien compte 290 sièges. Dans un ou deux mois, il y aura un second tour pour plusieurs dizaines d'entre eux encore en ballotage. En attendant, le constat est sans appel : les réformateurs et modérés progressent fortement au Parlement, mais la chambre apparaît divisée en deux.

    Hassan Rohani, soutenu par la liste « Espoirs » des réformateurs et modérés, espérait obtenir une majorité au Parlement pour accélérer ses réformes politiques et sociales, et notamment sa politique d'ouverture vis-à-vis de l'extérieur. Depuis son élection en 2013, il doit en effet batailler avec un Parlement largement défavorable à sa cause.

    Au-delà des chiffres, on observe tout de même quelques signaux favorables au camp modéré et réformateur. Le fait par exemple que des candidats « ultras » du camp adverse ont été éliminés lors de ces législatives. Une tendance que l'on observe aussi dans l'autre scrutin organisé simultanément, concernant l'Assemblée des experts.

    → Lire aussi sur RFI :

    • Notre dernier point sur les résultats concernant l'Assemblée des experts
    Notre infographie sur les les clés du complexe système de vote iranien

    Cliquez pour agrandir

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.