GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: la trêve semble tenir

    media Des combattants de «Ahrar Souriya», brigade qui fait partie de l'ASL (Armée syrienne libre), opposée au régime du président Bachar el-Assad, à al-Tamorah, près des villages de Nubul et al-Zahraa, au nord d'Alep, le 28 février 2016. REUTERS/Abdalrhman Ismail

    En Syrie, le cessez-le-feu entré en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi tient bon, malgré les accusations réciproques de violation de la trêve entre les belligérants. Des violations qui ne remettent pas en cause l’accord de cessation des hostilités conclu entre la Russie et les Etats-Unis et appuyé par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    L’opposition syrienne basée à Riyad a accusé le régime et ses alliés d’avoir violé le cessez-le-feu à 15 reprises dimanche 28 février, au premier jour de son entrée en vigueur. Cette coalition soutenue par l’Arabie saoudite a annoncé son intention d’envoyer une plainte aux Nations unies. Mais en dépit de ces incidents, le porte-parole de l’opposition, Salem el-Meslet, a jugé que globalement, la situation est bien mieux qu'avant, et estimé que les gens se sentent soulagés par l’arrêt des combats.

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme a fait état de raids aériens contre sept villages dans les provinces d’Alep et de Hama. Cependant, il n’était pas en mesure de préciser si les bombardements ont visé des régions concernées par la trêve. Le directeur de l’OSDH a aussi affirmé que le cessez-le-feu était en général respecté par les belligérants. « Un très grand calme règne comparé aux jours précédents », a indiqué Rami Abdel Rahman dans des déclarations à la presse.

    Le responsable du centre russe d’observation du cessez-le-feu a, de son côté, rapporté 9 violations. Selon le général Sergueï Kouralenko, la plus grave a eu lieu lorsqu’une centaine d’hommes armés ont attaqué, à partir du territoire turc, la ville frontalière syrienne de Tall Abyad, dans la province de Raqqa. Les forces kurdes syriennes ont affirmé avoir repoussé une attaque du groupe Etat islamique contre cette ville, tuant quelque 70 jihadistes.

    Riyad accuse la Russie et Bachar el-Assad d'avoir violé la trêve

    Le ministre saoudien des Affaires étrangères n’a pas perdu de temps en accusant la Russie et le régime de Bachar el-Assad d’avoir violé la trêve. Lors d’une conférence de presse dimanche à Riyad, Adel al-Joubeir a déclaré:  « il y a des violations de la trêve de la part de l’aviation russe et de l’aviation du régime syrien », rapporte notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez. 

    Le ministre saoudien des Affaires étrangères a toutefois précisé que l’émissaire des Nations unies, Staffan de Mistura, était en contact avec les Russes et le régime syrien afin que les opérations militaires ciblent davantage Daech et al-Nosra et épargnent l’opposition modérée.


    Quelles perspectives diplomatiques après la trêve ?

    A Washington, on se veut légèrement optimiste. Pour le gouvernement américain dont le mandat s'achève à la fin de l'année, ce compromis est celui de la dernière chance. L'infatigable diplomate en chef John Kerry a déjà évoqué un plan B - sans le détailler pourtant - qui serait en discussion au cas où les tentatives de cessation de feu échouaient.

    Il n'empêche: les Etats-Unis étant résolument hostile à toute implication massive dans le conflit syrien, la Maison Blanche mise plus que jamais sur une solution politique. Du coup, le gouvernement américain se garde bien de critiquer la Russie comme l'a fait l'Arabie saoudite ce dimanche. Pas de provocation, l'important c'est que la trêve quoique fragile soit suffisamment respectée pour relancer les pourparlers de paix. Si tout va bien ce sera le 7 mars prochain à Génève.

    Américains et Russes ont déjà commencé à se pencher sur la reprise du dialogue. Et à Washington, on veut y croire: « Malgré les obstacles il faut donner une chance au cessez-le-feu », a déclaré un haut responsable américain. Mais il reconnait que les complications sont inévitables et que les combats vont continuer, notamment à cause de l'organisation Etat islamique et du front al-Nosra. Ces deux groupes jihadistes, qui contrôlent plus de 50% du territoire, ne sont pas concernés par la trêve lancée par Washington et Moscou.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.