GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Assemblée des experts en Iran: deux personnalités conservatrices battues, Rohani siègera

    media Le Guide suprême iranien Ali Khamenei a voté, ce vendredi 26 février à Téhéran, pour les législatives et l'Assemblée des experts, qui sera un jour chargée de choisir son successeur.. REUTERS/leader.ir/Handout via Reuters

    Trois jours après les élections iraniennes, les résultats sont désormais presque finalisés. Les grandes lignes du nouveau paysage politique se dessinent. En marge des législatives, les conservateurs devraient en principe garder le contrôle de l'Assemblée des experts, chargée notamment de désigner le Guide suprême en Iran. Mais deux personnalités conservatrices de poids ont été battues dans cette élection, à l'inverse du président Rohani et d'Akbar Hachemi Rafsandjani, tous deux élus.

    Dans l'élection des 88 membres de l'Assemblée des experts, deux importants religieux conservateurs iraniens ont été éliminés à Téhéran. Il s'agit de l'ayatollah Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, et surtout de Mohammad Yazdi, actuel président de cette assemblée.

    Les réformateurs avaient fait campagne pour les faire battre, explique notre correspondant dans la capitale iranienne, Siavosh Ghazi. Une stratégie qui ciblait également un troisième candidat de Téhéran, l’ayatollah Ahmad Jannati.

    Mais ce dernier, président du puissant Conseil des gardiens de la Constitution, a finalement été élu, même s'il n’est arrivé qu'en 16e position du scrutin, c'est-à-dire dernier éligible dans la capitale.

    C'est un ancien président modéré, Akbar Hachemi Rafsandjani, qui est arrivé en tête à Téhéran. Il est suivi par le religieux conservateur Mohammad Emami Kashani, et par le président réformateur Hassan Rohani en personne, qui arrive troisième dans cette élection.

    En province, les conservateurs bien ancrés dans leurs bastions

    En province, tous les responsables religieux conservateurs ont en revanche été élus, souvent avec un nombre élevé de voix. Dans ces conditions, l’Assemblée des experts, qui était contrôlée par les conservateurs, devrait en principe rester entre leurs mains.

    Parmi les élus de province : l'ayatollah Ahmad Khatami, élu à Kerman ; l'ayatollah Seyyed Mahmoud Hachemi Shahroudi, à Khorassan Razavi ; ou encore l'ayatollah Sadegh Larijani, qui dirige l'autorité judiciaire et qui est élu dans le Mazandaran.

    Dans un communiqué, ce dernier a dénoncé ceux qui ont « essayé de manière coordonnée, avec les médias américains, britanniques (...), de faire éliminer certains serviteurs du peuple de l'Assemblée des experts ».

    L'Assemblée des experts est composée de 88 membres, tous religieux. Ils sont élus pour huit ans. Cette instance est chargée d'élire, voire de révoquer, le Guide suprême, numéro un de la République islamique d'Iran théoriquement mandaté à vie.

    → Lire aussi sur RFI :

    • Le point sur les résultats concernant le Parlement iranien
    • Notre infographie sur les les clés du complexe système de vote iranien

    Cliquez pour agrandir

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.