GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: un rapport épingle les conditions de détention des migrants africains

    media Un migrant habitant le Holot Detention Center dans le désert de Negev en Israël, le 25 août 2015. MENAHEM KAHANA / AFP

    En Israël, un nouveau rapport alarmant sur les conditions de détention des migrants entrés illégalement sur le territoire vient d'être publié. Selon l’organisation des droits de l’homme, Hotline for Refugees and Migrants, ces migrants pour la plupart Africains, vivent dans des cellules surpeuplées, n’ont pas toujours assez à manger et manquent de soins médicaux.

    Avec notre correspondante à JérusalemMurielle Paradon

    Des cellules prévues pour 5 personnes où s’entassent en général 10 détenus, de la nourriture en quantité insuffisante, un manque de soins médicaux, sans compter les heures à attendre une audition en extérieur, dans certaines prisons situées en plein désert.

    Voilà le traitement réservé aux migrants africains entrés illégalement sur le territoire israélien, si on en croit le dernier rapport de l’organisation des droits de l’homme Hotline for Refugees and Migrants. Cette association israélienne a recueilli le témoignage de 72 migrants sur les 5 000 actuellement détenus dans 4 prisons et centres de rétention en Israël.

    Ces migrants viennent pour la plupart du Soudan et d’Erythrée et réclament le droit d’asile. Un droit qui leur est très rarement accordé. Les autorités israéliennes ont multiplié les lois restrictives ces dernières années. La dernière en date permet d’emprisonner pendant un an ces migrants illégaux dans un centre de détention semi-ouvert où les conditions de vie sont régulièrement décriées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.