GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: même malmené, le cessez-le-feu tient toujours

    media L'émissaire onusien Staffan de Mistura a proposé ce jeudi 3 mars 2016 que les pourparlers de paix, suspendus le mois dernier, débutent le 9 mars prochain. REUTERS/Pierre Albouy

    L'ONU a évoqué ce jeudi 3 mars des « progrès » depuis l'entrée en vigueur samedi du cessez-le-feu en Syrie. Mais si la cessation des hostilités est globalement respectée, elle demeure tout de même fragile.

    « Il nous faut malheureusement reconnaître qu'il y a toujours un certain nombre d'endroits où les combats continuent, y compris dans certaines zones de Hama, Homs, Lattaquié et Damas » a déclaré ce jeudi 3 mars Staffan de Mistura, l'émissaire des Nations unies pour la Syrie.

    S’il admet que le cessez-le-feu est malmené, « des progrès » sont tout de même « visibles » a déclaré le diplomate. Il a notamment précisé que ses services collaboraient avec les Etats-Unis et la Russie afin « d'intervenir rapidement et s'assurer que toutes les parties sur le terrain désamorcent la situation » en cas de combats.

    Dans un communiqué commun diffusé à l'issue du 34e sommet franco-britannique à Amiens, Londres et Paris demandent la mise en œuvre immédiate des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU afin « de permettre l'acheminement rapide, sûr et sans entrave de l'aide humanitaire à toutes les zones de Syrie qui en ont besoin ». Il s’agit de l’une des demandes de l'opposition hostile au régime de Bachar el-Assad. Sans sa mise en œuvre, l’opposition pourrait quitter les discussions de Genève.

    L’apaisement relatif des combats a tout de même permis de renforcer la distribution de l’aide alimentaire indique notre correspondant à Genève, Laurent Mossu. En trois semaines, 263 camions ont apporté de l’assistance à 115 000 personnes. Des villes et villages assiégés depuis des mois ont accueilli des convois et certaines localités comme Mouadamiyeh ont été atteintes ces derniers jours. D’ici la fin de la semaine, quatre sites encore assiégés auront été secourus.

    Cette évolution positive, bien que limitée, crée sans aucun doute des conditions favorables à la relance du dialogue inter-syrien censé reprendre le 9 mars prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.