GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Talibans afghans: lumière sur le double jeu du Pakistan

    media D'anciens combattants talibans, lors d'une cérémonie de désarmement, le 8 février 2015 à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. AFP PHOTO / Noorullah Shirzada

    Pour la première fois, le Pakistan reconnaît héberger sur son sol la direction des talibans afghans. Alors que ces insurgés islamistes n'ont toujours pas répondu à l'invitation de se joindre aux pourparlers de paix avec Kaboul, Islamabad affirme faire pression sur eux.

    Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

    Le Pakistan a menti pendant des années en refusant d'admettre que les principaux dirigeants talibans afghans avaient trouvé refuge sur son sol. C'est donc par la voix de Sartaj Aziz qu'Islamabad reconnaît pour la première fois publiquement ce qui n'était plus un secret.

    Lors d'une visite aux Etats-Unis, le conseiller du Premier ministre pour les Affaires étrangères a justifié cette relation trouble en affirmant qu'elle permettait au Pakistan d'exercer un levier de pression contre les rebelles afghans.

    « Les dirigeants des talibans afghans vivent au Pakistan, leurs familles sont ici. Ils peuvent recevoir des soins médicaux. Par le passé, nous leur avons déjà restreint l'accès aux hôpitaux pour les forcer à agir. S'ils ne participent pas aux futurs pourparlers, nous pouvons même les expulser », a expliqué Sartaj Aziz.

    Des négociations de paix qui piétinent

    Cette confidence du représentant diplomatique pakistanais intervient alors que les négociations de paix piétinent. Le retour des talibans afghans à la même table de discussion que Kaboul, déjà repoussé plusieurs fois, est prévu la semaine prochaine.

    La plupart des dirigeants talibans auraient élu domicile à Quetta, ville du Sud-Ouest pakistanais qui leur sert de quartier général, à Peshawar dans le nord-ouest du pays ou encore à Karachi, la mégalopole du Sud.

    Une transparence bien inhabituelle du Pakistan qui ne veut pas être tenu pour responsable d'un éventuel échec du processus de paix afghan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.