GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Les talibans ne veulent pas dialoguer, un coup dur pour les autorités afghanes

    media Un soldat afghan positionné à un checkpoint dans la province afghane de Logar, le 16 février 2016. REUTERS/Omar Sobhani

    Les espoirs de paix sont de plus en plus minces en Afghanistan. Après 14 ans de guerre civile, 10 000 victimes et des années de plus en plus meurtrières selon le dernier rapport de l’ONU, les talibans viennent d’annoncer qu’ils refusaient de participer aux négociations mises en place par le gouvernement depuis des mois.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Mélanie Kominek

    C’est une douche froide que le gouvernement afghan et ses partenaires ont reçue samedi 5 mars 2016. C’est officiel, les talibans refusent de négocier la paix. Alors que les combats battent leur plein sur l’ensemble du pays, et que des attaques suicides frappent au cœur même de Kaboul, le coup est rude pour le gouvernement.

    Après quatre réunions sous l’égide du groupe quadrilatéral réunissant l’Afghanistan et les Etats-Unis, ainsi que les anciens parrains historiques des talibans, la Chine et le Pakistan, les dirigeants s’attendaient en effet à une reprise directe du dialogue avec les insurgés. Mais les talibans ont démenti leur participation.

    Selon eux, aucune condition n’est remplie pour s’asseoir à la table des négociations. Tant que l'occupation des forces étrangères n'aura pas pris fin dans le pays, tant que les talibans ne seront pas retirés des listes noires internationales et que les prisonniers ne seront pas libérés, ces négociations resteront inutiles, juge-t-on du côté des insurgés.

    Depuis l’annonce, l’été dernier, de la mort du mollah Omar, chef historique du mouvement taliban, des divisions sont apparues au sein même du mouvement. Et son nouveau chef de file, le mollah Mansour, se heurte à ces rivalités.

    On murmure à Kaboul qu’on ne sait même plus à quel groupe s’adresser pour organiser des négociations. Et dans ces conditions, Kaboul devra certainement attendre que les talibans eux-mêmes s’entendent sur leurs propres conditions afin de relancer des pourparlers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.