GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: la population sous les frappes chimiques de Daech

    media Manifestation à Taza pour interpeller le gouvernement de Bagdad sur les frappes chimiques de Daech, le 10 mars 2016. REUTERS

    Des centaines d’Irakiens ont manifesté jeudi près de Kirkouk. Ils demandaient au gouvernement national d’agir face aux tirs de roquettes de l’Etat islamique présent dans la commune voisine de Bashir. Durant la dernière attaque, mardi, les responsables locaux ont déclaré avoir relevé la présence de gaz chloré.

    Avec notre correspondante à ErbilOriane Verdier

    La petite ville de Taza au sud de Kirkouk est quotidiennement bombardée par l’Etat islamique. Mais dans la nuit de mardi à mercredi, c’est une nouvelle horreur qui a surpris les habitants. Les plus de 40 roquettes lancées par les jihadistes comportaient du gaz chloré.

    Les autorités locales attendent le résultats d’analyses pour confirmer la présence également de gaz moutarde. L’utilisation d’armes chimique par l’organisation Etat islamique est de plus en plus courante en Irak et en Syrie. Cette attaque a fait environ 200 victimes. Aujourd’hui encore, 17 personnes sont soignées pour des problèmes respiratoires ainsi que des brûlures.

    A la suite de ce bombardement, des centaines de manifestants ont bloqué jeudi les routes autour de Taza. Ils reprochent au Premier ministre irakien d’avoir reporté la reprise de Bashir des mains de Daech.

    Taza est une ville à majorité turkmène. Les membres de cette communauté se sentent oubliés par les autorités. La ville fait partie des territoires disputés entre la région autonome du Kurdistan irakien et le gouvernement national. Les terres dépendent officiellement du gouvernement irakien, mais sur place les combattants kurdes tiennent la ligne de front face à l’organisation Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.