GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Aujourd'hui
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: l'ex-procureure générale Luisa Ortega s'est réfugiée en Colombie (officiel)
    • Etats-Unis: un juge américain refuse de clore les poursuites contre Polanski pour agression sexuelle
    • France: mort d'un migrant soudanais lors d'une rixe dans un foyer d'insertion dans le Pas-de-Calais (préfecture)
    • Etats-Unis: Bannon affirme qu'il continuera à se battre «pour Trump»
    • Mali: l'ex-chef de la «police islamique» de Gao condamné à 10 ans de prison
    Moyen-Orient

    Cisjordanie: l’armée israélienne ferme les locaux d’une TV palestinienne

    media Une employée de Falestine al-Yom est interviewée, vendredi 11 mars 2016, dans les locaux après la descente de l'armée israélienne. REUTERS/Mohamad Torokman

    Alors qu’une nouvelle attaque au couteau a fait un blessé ce vendredi à Jérusalem, l’armée israélienne a fait une descente dans les locaux d’une télévision palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie. Falestine al-Yom a été fermée, accusée d’incitation à la violence.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Falestine al-Yom (la Palestine aujourd'hui) a été fermée et son directeur arrêté. La télévision palestinienne est accusée par l’armée israélienne d’inciter à la haine dans ses programmes. Elle serait également liée au jihad islamique, considéré comme une organisation terroriste par Israël.

    Une journaliste de Falestine al-Yom a rejeté ces accusations. « Tous les journalistes palestiniens qui rapportent la vérité sont vus comme incitant à la haine », a-t-elle déclaré à l’Agence France-Presse (AFP). En novembre dernier déjà, deux radios avaient été fermées à Hébron pour la même raison.

    Cette semaine, le gouvernement israélien a annoncé un renforcement des mesures pour lutter contre la vague d’attaques anti-israélienne : fermeture des médias palestiniens accusés d’inciter à la haine, achèvement du mur de sécurité autour de Jérusalem, révocation des permis de travail pour les proches des auteurs d'attaques. Enfin, des sanctions contre ceux qui aideraient les Palestiniens à venir illégalement sur le territoire israélien. Des dizaines de personnes ont été arrêtées ces derniers jours.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.