GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Paris et Washington veulent que chaque partie respecte ses engagements

    media Ce dimanche, la France et les Etats Unis ont posé à leur tour leurs conditions: ils réclament de «vraies» négociations. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Les négociations intersyriennes débutent ce lundi 14 mars à Genève. Le régime de Damas et l’opposition se réunissent sous médiation de l’ONU pour tenter de mettre fin à la crise en Syrie. Ce week-end, le ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé que le sort de Bachar el-Assad était une « ligne rouge ». Réunis dimanche à Paris avec plusieurs de leurs homologues européens, ils ont mis en garde le régime syrien et ses alliés contre toute violation de leurs engagements.

    Avec notre correspondant à Genève,  Daniel Vallot

    La Syrie est toujours dans l'attente d'un accord entre le régime et ses opposants. « Nous sommes à un moment de vérité », a dit le médiateur de l'ONU Staffan de Mistura juste avant la reprise des discussions à Genève ce lundi 14 mars. C'est lui qui a ouvert ce matin les négociations indirectes entre le régime syrien et l'opposition. La délégation emmenée par Bachar al-Jaafari, l’ambassadeur de l’ONU pour la Syrie est arrivée au palais des Nations à Genève pour une première séance de discussions.

    Le médiateur de l’ONU veut mettre sur la table, dès le début de ces pourparlers, la transition politique, « c’est la mère de toutes les questions en suspens », a-t-il notamment déclaré ce lundi matin à la presse.

    Appliquer la feuille de route

    Pour Paris et Washington, les négociations à partir de ce lundi à Genève ont une feuille de route claire, nette, précise et préalablement approuvée par les principaux acteurs du dossier syrien, lors de précédentes réunions.

    « Lorsque nous avons fait part de nos efforts pour mettre en place un projet de cessation des hostilités, nous étions d’accord que nous, les membres du groupe international de soutien à la Syrie, qui soutenons l’opposition, nous assumerons nos responsabilités et ferons en sorte que l’opposition tienne ses engagements », a déclaré le secrétaire d'Etat américain.

    Les uns et les autres devront donc se conformer à la feuille de route. L’opposition et ses alliés, le régime et ses soutiens, tous doivent appliquer désormais à la lettre le plan établi fin 2015 à Vienne.

    L'éternel problème Assad

    Dans le détail, ce plan devait commencer par un cessez-le-feu en Syrie, mission plus ou moins accomplie et se poursuivre par la formation d’un gouvernement de transition, la rédaction d’une nouvelle Constitution et l’organisation d’élections législatives et d’une présidentielle dans un délai de dix-huit mois.

    Plus facile à dire qu’à faire, d’autant que le régime et l’opposition sont peut-être d’accord sur un arrêt des combats, mais leur guerre diplomatique se poursuit. Déclaration contre déclaration. Chacun tente de déstabiliser la partie adverse avant d’entamer les difficiles pourparlers de Genève et essayer de parvenir à un compromis. Seulement voilà, le sort du président Bachar el-Assad n’est toujours pas tranché. L’opposition exige son départ, hors de question rétorque Damas

    « Nous constatons que le président Assad semble avoir une feuille de route différente. Samedi, il a chargé son ministre des Affaires étrangères de tout gâcher. Il est donc important désormais pour ceux qui soutiennent Bachar el-Assad de s’assurer que le régime syrien tienne bien ses engagements », a ajouté John Kerry.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.