GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: HRW dénonce la condamnation d'adolescents pour «outrage à l'islam»

    media Prison Jail

    En Egypte, Human Rights Watch (HRW) a appelé l'Egypte à « protéger la liberté d'expression » et à annuler les peines de prison de quatre adolescents chrétiens coptes condamnés pour « outrage à l'islam » après avoir parodié dans une vidéo une scène de prière. Ces derniers mois, plusieurs affaires similaires ont éclaté en Egypte. 

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Leur crime ressemble plus à une blague de potache qu'à autre chose. Mais la sanction est lourde pour les quatre adolescents coptes âgés de 15 à 16 ans. Trois d'entre eux ont été condamnés à 5 ans de prison, le quatrième est déjà enfermé dans un centre de détention pour mineurs pour une durée indéterminée.

    Avec un de leurs professeurs, lui aussi condamné à 3 ans de prison, ils avaient parodié dans une vidéo une décapitation telle que la pratique les jihadistes de l'organisation Etat islamique. On y voit un des adolescents mimer une prière musulmane, les autres gesticulants hilares autour de lui. L'un d'eux fait ensuite mine, avec le pouce, de décapiter celui qui priait.

    « Une blague d'enfants n'est pas un crime »

    C'est sur les dispositions juridiques concernant le blasphème que les quatre adolescents ont été condamnés. « Se moquer de (l'EI) ou de tout autre groupe religieux avec une blague d'enfants n'est pas un crime », a affirmé Nadim Houry, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient, dans un communiqué. Il a appelé les autorités à « révoquer l'article du Code pénal utilisé pour traduire en justice » les personnes soupçonnées de blasphème.

    Une affaire qui en rappelle d'autres. En décembre, un intellectuel musulman, Islam al-Behairy, avait été condamné à un an de prison pour avoir critiqué le discours de certains imams et ainsi « mis en doute les enseignements fondamentaux » de l'islam. Et fin janvier, l'écrivaine Fatma Naout avait écopé de trois ans pour avoir dénoncé l'abattage rituel des animaux pour la fête du sacrifice, l'Aïd al-Adha.

    Dimanche, le ministre de la Justice Ahmed el-Zind a été démis de ses fonctions après avoir provoqué un tollé en affirmant qu'il serait prêt à emprisonner « même un prophète ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.