GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: la baisse des hostilités depuis la trêve ne concerne pas les jihadistes

    media Un soldat pro-gouvernemental syrien photographié en février dans le nord du pays. STRINGER / AFP

    Depuis l’entrée en vigueur de la trêve en Syrie, le 27 février dernier, l’intensité des combats a sensiblement baissé sur l’ensemble des fronts, malgré les quelque 200 violations enregistrées. L'armée syrienne et son allié russe, qui vient d'annoncer son retrait, ont multiplié les frappes contre les bastions jihadistes, alors que les raids qui ont visé les autres groupes rebelles ont baissé.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Selon le directeur de l’ONG Observatoire syrien des droits de l’homme, « dans les quinze jours qui ont précédé la trêve, les avions de combat ont mené 3 000 frappes et attaques aux barils d'explosifs contre les bastions rebelles ». Un nombre « tombé à 325 depuis le 27 février ». A l'inverse, le nombre de frappes contre les fiefs jihadistes « est monté en flèche », ajoute Rami Abdel Rahman.

    Depuis l’entrée en vigueur de la trêve, l’armée syrienne et ses alliés ont donc concentré leurs opérations militaires contre le groupe Etat islamique et, dans une moindre mesure, contre le Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda. Les fronts les plus actifs sont ceux de l’est : des provinces centrales de Hama et de Homs, qui constituent le prolongement géographique des fiefs de l’EI à Raqqa et Deir Ezzor.

    Les troupes d'Assad à quelques kilomètres de Palmyre

    Ces derniers jours, une série d’offensives terrestres soutenues par des hélicoptères et des raids de l’aviation ont permis à l’armée d’avancer dans le désert séparant Homs de la ville de Palmyre. Les troupes gouvernementales ont repris le contrôle d’un certain nombre de champs gaziers et de puits de pétrole dans cette région, et ne sont plus qu’à quelques kilomètres des ruines de la ville antique.

    L’armée syrienne et les jihadistes se livrent des combats féroces autour de la colline stratégique de Hial, à l’est de Homs, et de la ville d'al-Qaryatayn, située entre Damas et Homs. Des affrontements se déroulent aussi dans la ville de Deir Ezzor, assiégée par les jihadistes dans l’est du pays. Quelque 250 000 civils vivent dans la partie contrôlée par le régime de cette capitale de la province éponyme.

    L'intervention russe a fait basculer la donne en Syrie

    Les rapports de force ont beaucoup changé sur le terrain syrien, depuis que la Russie a jeté dans la bataille, le 30 septembre dernier, une centaine d’avions et d’hélicoptères, sans parler des dizaines de missiles de croisière tirés par des sous-marins ou des bâtiments de surface, dans la mer Caspienne. Depuis cette date, les troupes gouvernementales et leurs alliés libanais et iraniens ont repris l’initiative sur presque tous les fronts.

    Selon le ministre russe de la Défense, l’appui de Moscou a permis au régime de Damas de reprendre 400 villes et villages et de récupérer quelque 10 000 kilomètres carrés. L’armée syrienne a repris la majeure partie de la province occidentale de Lattaquié, de larges portions de celle d’Alep, et a avancé autour de Damas et dans la province de Deraa, au sud. Le régime, qui était en très mauvaise posture au printemps 2015, peut aujourd’hui négocier en position de force.

    → À relire : La Russie va retirer le gros de ses troupes de Syrie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.