GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: quel impact du retrait des troupes russes sur les négociations à Genève?

    media Des avions de chasse russes volent dans l'espace aérien de la ville de Latakia, en Syrie, le 28 janvier 2016. REUTERS/Omar Sanadiki

    C’est une annonce qui risque de fragiliser le régime syrien : la Russie a fait savoir qu’elle allait retirer l’essentiel des troupes et des avions de combat déployés sur le territoire syrien. Une mesure prise en concertation avec Damas, assurent les autorités russes. Mais ce qui apparaît comme un revirement stratégique de taille de la part de la Russie constitue bel et bien un coup dur pour Bachar el-Assad et cela pourrait peser lourdement à Genève sur les négociations de paix qui ont débuté ce lundi 14 mars.

    Avec notre envoyé spécial à Genève,  Daniel Vallot

    L’annonce du retrait russe a pris tout le monde de court à Genève, à commencer par la délégation de l’opposition syrienne. A priori, celle-ci devrait profiter du retrait russe, mais les délégués du Haut Comité des négociations (HCN) veulent rester prudents, à l’image de Salem al-Meslet, le porte-parole du HCN.

    « Nous y croirons quand nous le verrons sur le terrain, quand nous verrons que des mesures sont réellement prises, dit-il au micro de RFI. La Russie nous a adressé beaucoup de messages, mais nous ne croirons que ce que nous verrons, pas ce que nous entendons. Si cette décision permet le retrait de toutes les troupes russes de Syrie, alors ce sera une étape positive. L’autre étape positive, serait que monsieur Poutine nous dise qu’il est aux côtés du peuple syrien, et non pas aux côtés du dictateur de la Syrie. »

    Pour l’opposition, le retrait russe, s’il se confirme, aura des conséquences incalculables. Conséquences militaires d’abord, car l’armée syrienne aura sans doute beaucoup de mal à se passer du soutien de la Russie. Mais l’impact se fera également sentir sur le front diplomatique. A Genève, un nouveau cycle de négociations vient tout juste de débuter, et l’annonce de la Russie va probablement changer la donne. Elle va en tous cas peser sur le rapport de force entre la délégation de l’opposition et celle du régime syrien et peser sur le débat sur la transition et sur la place de Bachar el-Assad dans cette transition.

    N'oublions pas que la Russie, fin septembre 2015, a sauvé le régime in extremis [...] donc le régime est totalement dépendant de la Russie.
    Bassma Kodmani, politologue et opposante 15/03/2016 - par Daniel Vallot Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.